Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS

MONITEUR D'ATELIER expressions de professionnels...

9 Janvier 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers

Paroles de Professionnel...

Stéphane, ancien moniteur d'atelier et futur éducateur technique spécialisé dans un ESAT.

"Je travaille depuis 8 ans comme moniteur d'atelier. J'occupe maintenant un poste d'adjoint technique au sein de l’ESAT, c'est-à-dire que j'encadre les moniteurs et je supervise les ateliers. En septembre, je vais commencer la formation d'éducateur technique spécialisé."

A l’ESAT, 68 travailleurs handicapés sont employés dans l'un des 6 ateliers de l’ESAT : sous-traitance industrielle, blanchisserie, ferme polyculture élevage (escargots, poulets, céréales), espaces verts (entretien chez des particuliers, tonte, élagage...), maraîchage et laboratoire de transformation (plats cuisinés à base d'escargots notamment). "Chacun des 7 moniteurs d'atelier de l’ESAT encadre 8 à 10 travailleurs environ."

Pour décrire le rôle et les compétences du moniteur d'atelier, Stéphane choisit de nous présenter la journée type du moniteur de l'atelier "polyculture élevage", qu'il connaît bien pour y avoir travaillé lui-même.

- A 8 heures, les travailleurs arrivent à l’ESAT.

"Pendant qu'ils se changent dans les vestiaires, les moniteurs discutent entre eux pour régler des problèmes organisationnels de la journée, telle que l'utilisation des véhicules de l’ESAT. Par contre, ce n'est ni le lieu, ni le moment pour discuter des problèmes liés aux travailleurs. C'est à l'éducateur spécialisé ou à moi qu'ils doivent faire part de leurs remarques sur les travailleurs."

- 8 heure 15 : le groupe de travail est prêt et attend ses instructions. Le moniteur commence par présenter le travail de la journée. "Les travailleurs sont répartis en trois groupes : un pour les poulets, un pour les poussins et un pour les escargots. Les travailleurs sont presque toujours affectés aux mêmes ateliers et aux mêmes groupes. Ils ont besoin de s'identifier à un travail précis, ça les sécurise et leur donne un cadre."

Le moniteur a la responsabilité de la productivité de l'atelier. C'est lui qui décide ce qu'il y a à faire, dans quel ordre et qui peut faire quoi. Il doit adapter les tâches à effectuer en fonction des capacités de chacun.

Le moniteur d'atelier a une mission éducative, il doit aider les travailleurs à réaliser les projets éducatifs définis avec eux chaque année, tels qu'apprendre à conduite un tracteur par exemple pour ceux qui en sont capables.

Par ailleurs, lorsqu'un nouveau travailleur arrive à l’ESAT, le moniteur d'atelier doit d'abord l'évaluer pour ensuite lui proposer des choses en rapport avec ses possibilités. "Il doit alors passer beaucoup de temps à lui enseigner les bases du travail. Il doit se montrer d'une grande patience car il doit souvent se répéter."

- 8 heure 20, le moniteur lance le travail.

"Prenons l'exemple du groupe qui s'occupe des poulets, propose Stéphane. Ils commencent par "ramasser" les poulets dans les poulaillers, c'est- à -dire qu'ils doivent les attraper, ce qui n'est pas toujours évident. Après une pause vers 10h, ils désonglent les poulets, leur posent une bague et les mettent dans des cages pour les engraisser."

Une fois les groupes au travail, le moniteur d'atelier fait, pendant une demi-heure environ, le point avec l'éducateur technique spécialisé. Ils voient ensemble les problèmes de comportement, de ponctualité, de productivité...

Jusqu'à midi, le moniteur d'atelier fait le tour des différents groupes et n'hésite pas à participer. "Le moniteur d'atelier n'encadre pas seulement le travail. Nous sommes dans un milieu rural et beaucoup de nos travailleurs viennent du secteur agricole. Pour être respecter et crédible, le moniteur doit travailler avec eux. Le moniteur d'atelier continue d'ailleurs à exercer des fonctions très techniques. C'est lui, par exemple, qui assure le semis."

Au cours de la journée, le moniteur d'atelier peut être confronté à des incidents. Une crise peut toujours éclater. C'est ce qui est arrivé à un des travailleurs quelques jours auparavant. "Le travailleur s'est mis à insulter tout le monde et à devenir agressif. Lorsque ce type d'incident survient, le moniteur doit rassurer le groupe complètement déstabilisé et isoler la personne pour la calmer. Il voit avec elle si elle peut reprendre le travail. Si jamais la situation ne s'améliore pas, le moniteur vient dans mon bureau me faire un compte-rendu et discuter, accompagné du travailleur."

Le moniteur d'atelier est responsable de la sécurité de son atelier. Il doit toujours veiller à cadrer les travailleurs. "Il doit à la fois être ferme et compréhensif. C'est dans une situation de ce genre que le CQMA (Certificat de Qualification de Moniteur d'Atelier) peut être très utile. Il n'est pas obligatoire pour exercer. Mais nous faisons en sorte chez nous que tout le monde parte en formation. Cette formation permet de mieux connaître et de comprendre les maladies mentales, d'avoir des notions de psychologie et de droit pour savoir où s'arrête la responsabilité du moniteur d'atelier."

Par contre, en cas de problème médical, par exemple une crise d'épilepsie, le moniteur d'atelier passe le relais à l'éducateur spécialisé d'hébergement. "Le travail du moniteur est vraiment d'encadrer les ateliers, il n'a pas à gérer les problèmes extérieurs à cette activité."

- A midi, c'est la pause déjeuner. Le moniteur d'atelier ne mange pas avec les travailleurs. Il les retrouvera vers 13h30 pour la reprise du travail. Il fait de nouveau le point avec eux. "L'après-midi, le moniteur prévoit des travaux plus légers que le matin, comme nettoyer les cages. Il prend du temps pour préparer ses prochaines journées. Il contacte les entreprises pour passer ses commandes régulières comme l'achat de graines ou d'engrais. Il n'a par contre pas le temps de s'occuper des autres activités commerciales même si cela fait partie théoriquement de ses attributions. Nous avons quelqu'un qui s'occupe uniquement de ça, c'est-à-dire faire le suivi des clients, trouver de nouvelles entreprises

Chaque année, chaque travailleur fait l'objet d'un bilan. L'équipe se réunit pour faire le point et fixer de nouveaux objectifs de progression en tenant compte des aspirations des travailleurs.

Compte tenu du nombre de travailleurs, le moniteur participe à deux bilans par semaine. "Le moniteur ne rédige pas lui-même le bilan, il rencontre l'éducateur spécialisé à qui il donne des éléments sur la ponctualité, le comportement, la productivité du travailleur."

- A 17 heure 15, le travail est terminé, les travailleurs et le moniteur rentrent.

En atelier, les travailleurs sont en situation de salariés traditionnels avec, bien sûr, une certaine tolérance due à leur handicap. Dans son travail quotidien, le moniteur d'atelier doit d'ailleurs toujours concilier une logique industrielle de productivité, car les entreprises clientes attendent le travail qui doit être fait correctement et dans les temps, et une logique sociale puisqu'il encadre des personnes handicapées. Il subit la pression de l'éducateur technique spécialisé, mais il ne doit pas la faire ressentir aux travailleurs. "En temps qu'éducateur technique spécialisé, j'ai une fonction plutôt de chef de service, j'encadre les moniteurs d'atelier. J'ai une orientation plus sociale qu'un moniteur."

"Devenir moniteur d'atelier, ce n'est pas forcément évident au départ. Nous venons tous du secteur technique et non pas du social. Nous commençons forcément avec une certaine peur du handicap. Mais ça s'estompe avec le temps, nous arrivons à la surmonter pour découvrir un métier très intéressant.

Nous sommes aussi confrontés à des échecs et des régressions lorsque les travailleurs vieillissent. Il faut alors réussir à prendre du recul, mais ce n'est pas facile, nous sommes forcément affectés. Une vraie relation se noue entre nous et les travailleurs.

Tiré du Site web http://www.mip-louha

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :