Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS

Une vraie retraite pour les travailleurs handicapés

10 Mars 2014 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

L'Association régionale des établissements et services d'aides par le travail (ARESAT) de Bretagne a mis en place un dispositif innovant pour que les travailleurs handicapés bénéficient pleinement de leur retraite. Une expérience pilote qui pourrait faire des émules.

L'allongement de la durée de la vie est une évolution de la société qui touche aussi (et heureusement !) les personnes handicapées. Avec une conséquence : la retraite des travailleurs des établissements et services d'aides par le travail (ESAT) - entreprises spécialisées dans l'accueil de toutes les formes de handicap – qui était jusqu'à présent un événement assez marginal, va devenir dans les années qui viennent un phénomène massif. Si rien n'est fait, les personnes handicapées qui ont travaillé toute leur vie risquent d'être condamnés à l'exclusion en se retrouvant rapidement isolées de la communauté.

Fort de ce constat, Gwenaël Planchin, responsable du projet Un avenir après l'ESAT entend développer des solutions aux problèmes d'information et d'accompagnement social rencontrés par ces travailleurs. Initié sur la région Bretagne, de manière expérimentale, ce projet vise à faire émerger des réponses adaptées et accessibles aux travailleurs de tous les établissements et services d'aides par le travail de France, soit 116 000 personnes handicapées réparties dans 1 500 établissements. Plus de 20 000 d'entre elles, dont 500 en Bretagne, seront concernées par la retraite dans les cinq années qui viennent.

Au-delà du sentiment d'exclusion ressenti par ces personnes vieillissantes - certaines ne comprennent pas pourquoi elles sont obligées de s'arrêter de travailler -, nombre d'entre-elles risquent d'être entraînées vers des situation dramatiques : isolement social, dépression, déracinement, dégradation de la santé, enlisement dans des complexités administratives sans issue, détérioration de la situation financière, maintien dans un secteur d'accompagnement inadapté ou retour en famille contraint après un parcours de vie indépendant...

« La plus grande difficulté pour les personnes handicapées réside dans l'absence d'une information adaptée qui leur permettrait de préparer sereinement cette transition majeure et d'envisager des solutions leur évitant un désastreux décrochage dans leur propre vie », explique Gwenaël Planchin. De fait, dans les ESAT qui les accueillent, les personnes handicapées reçoivent un soutien important, voire primordial, tant au niveau matériel, social que personnel. « Le travail est un vecteur d'inclusion dans la société. Il permet la construction d'une identité personnelle par la valorisation et la reconnaissance sociale de cette activité. » Le passage à la retraite vient totalement modifier cet équilibre.

Pour préparer au mieux cette transition, quatre axes de travail ont été retenus : améliorer l'information pour les démarches administratives et pour l'évaluation des ressources financières ; choisir un lieu d'habitation et un service d'accompagnement qui favorise l'autonomie ; élaborer un « projet de vie sociale » pour trouver des possibilités de s'intégrer dans la vie locale, notamment par le biais d'un engagement associatif ; sensibiliser les personnes handicapées aux différents changements qu'implique la retraite afin de les aider à trouver un équilibre en termes de santé et de bien-être.

« Notre action d'information et de sensibilisation s'adresse aussi bien aux personnes handicapées qu'aux services sociaux », explique Gwenaël Planchin. Des bailleurs sociaux aux centres locaux de coordination, des maisons départementales pour les personnes handicapées aux aides à domicile, des mutuelles ou des centres de prévoyances aux clubs du 3e âge, le projet Un avenir après l'ESAT veut mobiliser en amont tous les organismes concernés afin que la retraite ne soit pas un nouveau handicap. « Nous ne voulons surtout pas créer des circuits spécifiques », précise Gwenaël Planchin qui défend une démarche inclusive. « Nous voulons juste éviter d'ajouter du handicap au handicap. Les travailleurs handicapés ont droit, eux aussi, à une retraite heureuse ! »

Plus d'infos sur le projet

Publié sur LA VIE :ARESAT Bretagne, Un avenir après l'ESAT, 5 rue Yves Collet, 29200 Brest. Tél : 06 84 21 88 23.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article