Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS

Accès à la V.A.E en espaces verts:Témoignage...

4 Octobre 2014 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Hervé FLOURIOT, 44 ans « Un gros boulot, j'ai vraiment mis le paquet»

Atelier Protégé de Plouisy (22, Côtes d'Armor)

Je travaille aux espaces verts depuis 1999. Je suis originaire de la région. On fait l'entretien des propriétés, un petit peu de création, un peu de tout!

On m'a présenté le projet l'année dernière. Je ne pensais vraiment pas qu'il y aurait autant de travail mais une fois que je suis engagé, je suis allé au bout. J'ai commencé à remplir le dossier et j'ai passé les premières étapes. Le dossier officiel m'a demandé beaucoup de travail. Tout à faire en plus du temps de travail ! Souvent le soir jusqu'à 2 ou 3 heures du matin. Et il fallait quand même être d'aplomb le lendemain. J'ai même passé des week-end entiers.

Tout de suite, Jacques Leduc, mon chef d'équipe m'a encouragé à aller vers le CAP. Il pensait que j'étais capable de le faire et il m'a fait la proposition. Un accompagnateur m'a aidé ; j'ai eu dix rendez-vous avec lui. Le premier était en décembre 2003. Et mon dossier a été clôturé fin juin 2004. Un gros boulot, j'ai vraiment mis le paquet. Il fallait tout rédiger.

J'ai quitté l'école à 20 ans avec un CAP et un BEP en électronique, et un niveau bac en électronique. J'ai travaillé huit ans en électricité mais j'arrivais plus à assumer ; j'arrivais plus à suivre la cadence et j'étais complètement perdu. Il a fallu que j'arrête ; j'ai préféré une structure protégée avec un rythme de travail qui me convient bien. Plus de stress, plus d'angoisse, plus d'obstacle. J'arrive dans toutes les situations.

Ca m'arrive parfois de gérer des équipes quand le responsable n'est pas là, sur des chantiers sur lesquels je peux intervenir. Le fait de passer mon CAP, j'ai appris pas mal de trucs sur la reconnaissance des végétaux. Tout en faisant, j'apprenais tous les jours. Quand je suis passé en commission à Rennes, devant le jury, on m'a demandé si je voulais continuer. Pour l'instant, j'ai pas pris de décision encore. Peut être le BEP... Mais de toute façon, je souhaite rester ici, dans l'atelier protégé. Moralement, physiquement, au point de vue santé, je me sens très très bien.

Rémunération ? Ca a changé un petit peu, j'ai eu une petite augmentation, mais on ne peut pas dire que ça a été très... Je suis arrivé à 95% du smic. C'est pas énorme.

C'est grâce au moniteur en espaces verts si je suis arrivé là et je voudrai le remercier. Il y a cinq ans, quand je suis arrivé à Plouisy, je ne connaissais rien en espaces verts. C'est lui qui m'a donné son savoir-faire. Il fallait que je m'accroche mais c'est grâce à lui que j'ai appris. Au début, il me laissait faire tout seul et il me regardait faire ; il me disait s'il y avait des fautes. Au bout de trois ou quatre mois, il ne contrôlait plus mon travail. publié sur le site Différent et Compétent que nous remercions.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :