Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS

Publié depuis Overblog

18 Mars 2019 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Quelle différence entre handicap mental et psychique?

 
  •  
  • i le doute s’installe souvent en nous quand il s’agit de distinguer handicap mental et handicap psychique, ce n’est pas forcément par ignorance, mais sûrement parce qu’il existe une réelle ambiguïté dans cette distinction sans véritable fondement scientifique.

Définition générale du handicap

La notion de handicap a beaucoup évolué depuis le début du XXe siècle, partant d’un modèle individuel du handicap vers un modèle de plus en plus social et systémique du handicap.

En 1980, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publie une classification internationale du handicap qui reflète cette évolution conceptuelle et intègre les modèles individuels et sociaux du handicap dans une approche systémique. Cette classification a permis de structurer la pensée sur la question du handicap.

Ainsi selon cette approche, le terme de handicap désigne la limitation des possibilités d’interaction d’un individu avec son environnement, causée par une déficience provoquant une incapacité, permanente ou non. Il exprime une déficience vis-à-vis d’un environnement, que ce soit en termes d’accessibilité, d’expression, de compréhension ou d’appréhension. Il s’agit donc aujourd’hui plus d’une notion sociale que d’une notion médicale.

Selon la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « est handicapée toute personne dont l’intégrité physique ou mentale est passagèrement ou définitivement diminuée, soit congénitalement, soit sous l’effet de l’âge ou d’un accident, en sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter l’école ou à occuper un emploi s’en trouvent compromises ».

Cette définition touche à trois niveaux d’expérience du handicap: déficience (organes et fonctions), incapacité (activités), désavantage (rôles sociaux). Ils sont définis, dans le domaine de la santé, de la façon suivante :

  • la déficience : « toute perte de substance ou altération d’une fonction ou d’une structure psychologique, physiologique ou anatomique ».
  • l’incapacité : « toute réduction (résultant d’une déficience) partielle ou totale de la capacité d’accomplir une activité d’une façon normale ou dans les limites considérées comme normales, pour un être humain ».
  • le désavantage : « le désavantage social d’un individu est le préjudice qui résulte de sa déficience ou de son incapacité et qui limite ou interdit l’accomplissement d’un rôle considéré comme normal, compte tenu de l’âge, du sexe et des facteurs socioculturels. »

La dernière classification de l’OMS publiée en 2001 est intitulée Classification internationale du Fonctionnement, du Handicap et de la Santé (CIF). Elle définit un cadre conceptuel du handicap, légèrement modifié par rapport à celui de 1980, qui est largement partagé en France et dans la communauté internationale.

 

Conclusion

Au delà de ces débats sémantiques, il ne faut pas oublier que l’essentiel est le respect et la prise en compte de la souffrance de ces personnes. Pour conclure, nous reprendrons le contenu de la Charte de l’usager en santé mentale, pour se rappeler que la personne, handicapé psychique ou mentale doit être avant tout :

  • une personne à part entière
  • une personne qui souffre
  • une personne informée
  • une personne qui participe activement
  • une personne dont l’environnement est pris en compte
  • une personne qui sort de l’isolement
  • une personne citoyenne

SOURCES Formassad site diffusion

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :