Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS

Publié depuis Overblog

25 Février 2014 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Lire la suite

Valoriser ses compétences une action novatrice d'UNIFAF PACAC

23 Février 2014 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

UNIFAF PACAC a décidé de valoriser les compétences des travailleurs handicapés à travers la mise en place d’un dispositif de valorisation des compétences en collaboration avec l’A.F.P.A, en confiant cette action au CAC FORMATIONS.

UNIFAF souhaite donc inciter et accompagner ce public dans cette démarche en lien avec le décret du 20 Mai 2009 relatif à la formation , à la démarche de reconnaissance et à la VAE des travailleurs handicapés accueillis en ESAT.

Objectifs

  • Comprendre la démarche de valorisation des compétences ;
  • Comprendre le dispositif de V.A.E. ;
  • Etre rassuré sur ses capacités à accéder à ce dispositif.

Contenu

La démarche de valorisation des compétences, Reconnaissance des savoir faire et compétences (RSFC) V.A.E (Valorisation des Acquis par l’expérience) :

  • Qu’est ce que c’est ?
  • Comment ça marche?
  • Mode d’emploi?

Mon projet professionnel :

  • Clarifier mes droits vis-à-vis de la loi : milieu ordinaire, protégé ;
  • Mes droits vis-à-vis de la formation professionnelle : les différentes situations, règles, comparaisons, similitudes ;
  • Mon projet professionnel, à quoi sert-il ?
  • Quelles sont les personnes ressources pouvant intervenir dans mon projet ?
  • Quels sont les outils et ressources que je peux utiliser pour avancer dans mon projet ?
  • Quelles sont les personnes ressources pouvant intervenir dans mon projet ?
  • Quels sont les outils et ressources que je peux utiliser pour avancer dans mon projet ?
Lire la suite

Quels enjeux institutionnels dans les ESAT?

20 Février 2014 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Quels enjeux institutionnels dans les Esat ?

Les équipes professionnelles sont aujourd’hui aux prises d’une injonction paradoxale. D’un côté, elles doivent assurer un encadrement de qualité qui réponde à des règles éthiques, aux besoins les plus diversifiés. En effet, la Loi du 2 janvier 2002 et certaines recommandations rappellent que les usagers doivent pouvoir être au centre de ce que l’on nomme leur « projet individuel » personnalisé et global, participer aux débats les concernant, avec la nécessité de leur laisser un espace d’expression, de faire en sorte que leurs désirs émergent ou qu’ils puissent être entendus, de laisser parler leurs volontés, dans le respect de ce qu’ils sont, de leur histoire, etc. Pourtant, d’un autre côté, ces mêmes équipes sous soumises à de moin­dres moyens pour réaliser leurs missions, constituées par un réseau d’obligations, de procédures, d’exigences économiques et de représentations du handicap. Les travailleurs sont encore trop soumis à la volonté de bien faire et du bien penser social et politique, avec ce qu’autrui pense être « bon pour lui », en pensant à sa place. La conjoncture actuelle (la rentabilité des ateliers, le culte de la performance, la philosophie gestionnaire, le rendre-compte aux autorités, etc.) peut inhiber une créativité nécessaire pour accompagner les personnes dans le temps.

La question des formations initiales et continues des moniteurs d'ateliers se pose dans ce cadre. Certains arrivent en poste sans formation spécialisée pour enca­drer les personnes accueillies. Leur volonté – humaine – de bien faire, de se sentir utile envers autrui, leur histoire familiale, leur propre subjectivité œuvrent dans leur implication quotidienne. Mais, sans formation ou sans espace-temps de recul nécessaire pour penser les enjeux relationnels . Ce processus peut générer des souffrances, de part et d’autre. Pourtant, et alors que nombre d’équipes constatent la nécessité de se former régulièrement ou de bénéficier de groupes d’analyse des pratiques professionnelles, que l’État oblige à une certaine qualité des pratiques professionnelles dites « bientraitantes », ces mêmes équipes constatent la difficulté d’obtenir des financements pour se donner les moyens d’être dans cette « juste » distance « bientraitante ».

Enfin, le travail, s’il représente un droit ou un devoir, n’est pas non plus la seule inscription dans la société possible. Cela semble important de le souligner, en raison de l’ambiance contemporaine qui prône le travail au-dessus de tout autre manière d’être au monde, ambiance que l’on retrouve dans les Esat, aujourd’hui, avec des expressions comme « il n’aura pas un assez haut niveau pour travailler en milieu ordinaire » ou encore « il a un trop petit niveau pour travailler, il sera orienté dans un autre type d’activités de jour ». Pourtant il serait plus pertinent de considérer ces différents lieux comme complémentaires, assez diversifiés et de se demander ce que tel type de travail ou de structure pourra apporter à une personne donnée et écoutée, structure dans laquelle elle pourrait s’épanouir le plus.

La possibilité de travailler ne se mesure pas qu’à la capacité intellectuelle ou cognitive, car une personne arrive avec son histoire (affective, familiale, institutionnelle, culturelle, etc.), avec sa personnalité, un mode particulier d’être au monde et ses projections. Cette même personne va rencontrer des tâches demandées dans un espace donné et dans un temps donné pour transformer une matière d’une certaine manière, elle va rencontrer des personnes (collègues et les professionnels encadrant le travail et garants de sa valeur contextualisée) avec qui se tisseront des relations. Se sont toutes ces dimensions qui façonnent et donnent sens à une journée, une vie, une carrière… au travail. ■

Publié dans N'Autre Ecole Le travail et les ESAT de Geneviève Boutillier, Psychologue clinicienne en Esat.

Lire la suite

Primés à Angoulême pour leur première BD

17 Février 2014 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Les résidants de la Maison d’accueil spécialisé de Targé ont réalisé une BD qui a concouru au festival d’Angoulême. Et y a obtenu un prix.

Tout a commencé par une simple affiche. Celle du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême. Pas pour y vanter les mérites du futur Grand Prix, mais ceux du concours Hippocampe : créé il y a quinze ans par l'association du même nom, il s'adresse exclusivement à des personnes – enfants, adolescents, ou adultes – en situation de handicap. « Quand je l'ai vu, j'ai trouvé ça intéressant », explique Annie Guyonnet, directrice de la Maison d'accueil spécialisé (MAS).

" C'était une vraie ouverture culturelle. "

Aussitôt dit, aussitôt fait, sept résidents sont sélectionnés pour participer au projet. « On a essayé de voir en fonction de leurs capacités » expliquent Lucie Durand et Doriand Poupault, éducatrice et aide médico-psychologique, en charge du groupe. En adaptant parfois le matériel aux possibilités des uns et des autres : pour Cécile, qui ne peut quitter son fauteuil, la planche à dessins a été mise à la verticale.
Chacun trouve ainsi sa place dans la réalisation : Michel est doué pour les couleurs, Claire pour le collage, Chantal pour peindre dans un cadre déterminé… Commencée début octobre, la BD – deux planches d'une dizaine de dessins – est terminée pour être envoyée le 13 décembre. « Pour eux, c'était vraiment une découverte, s'enthousiasme Annie Guyonnet. C'était une vraie ouverture culturelle. »

Une ouverture poursuivie les 31 janvier et 1er février puisque tout le groupe – treize personnes au total – s'est rendu à Angoulême pour découvrir l'univers de la BD. Entre-temps, ils avaient appris que leur BD avait reçu le prix Hippocampe dans leur catégorie. Une distinction qui leur permet d'intégrer l'exposition itinérante des 31 BD primées dans le secteur médico-social. La MAS espère que l'exposition pourra faire étape à Targé pour montrer de quoi les résidants sont capables.

Car la fibre dessinatrice a atteint toute l'institution : on parle déjà du prochain concours et cette fois, c'est l'Hippocampe d'or qui sera l'objectif.

Laurent Gaudens

Lire la suite

Condtionnement des produits frais en travail protégé

16 Février 2014 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

APIHA (Association pour l'Insertion des Handicapés Adultes) est une entreprise adaptée///
Depuis 1999, l'association APIHA (Association pour l'Insertion des Handicapés Adultes) accompagne l'insertion de personnes en difficulté ne trouvant pas leur place dans le milieu professionnel classique, à travers 6 entreprises adaptées dans le Lot-et-Garonne. L'APIHA permet à 230 salariés handicapés (sur 270 au total) de trouver une place dans la société.
Ce film illustre le travail de ces personnes ayant trouvé un rôle dans 2 des 6 sites de l'association. Un documentaire bien plus motivant que n'importe quel film d'entreprise, l'APIHA étant une association à but non lucratif, mais avec un but tout de même ; enrichir la vie de ces personnes habituellement exclues du droit de tout un chacun, le droit de travailler.

Diffusé sur You tube et posté par Delis

Lire la suite

FESTIFRUIT Une entreprise adaptée pleine de couleurs..

16 Février 2014 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Une entreprise moderne à l'écoute du client...
Implantée dans le Nord Ouest du Lot & Garonne à St Pierre s/Dropt, Festifruits est spécialisée dans le conditionnement et la commercialisation d'une large gamme de produits parmi lesquels : fruits secs (aides culinaires, moelleux, coques, sucrés, salés), les herbes aromatiques et infusions, les épices et condiments (familial et individuel), les confits (fruits et condiments) , les fruits secs enrobés aux chocolats, les confiseries, les aides pâtissières.
Un cadencier de 246 références sous marques propres «Festifruits» et «Saveurs & Epices» est proposé à nos clients à l'échelon national

Pour les périodes festives nous proposons également une gamme de corbeilles de fruits secs.
Festifruits réalise également des conditionnements pour le compte de grands industriels à distribution de la distribution nationale voire internationale et sous marques distributeurs.
80 personnes assurent la production et la commercialisation de 5 millions d'unités par an.
Tous les produits sont conditionnés dans le cadre de la charte de l'économie sociale et solidaire.

publié sur You Tube et posté par jean Pierre 47

Lire la suite

Publié depuis Overblog

14 Février 2014 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Petite vidéo sur le thème de l'amour et du handicap qui à pour but de faire changer les regards de valides qui ne comprennent pas ce genre de relations, qui pensent qu'aimer quelqu'un de différent c'est une perte de temps.

Lire la suite

Lens: Eric, travailleur handicapé, a signé son premier CDI dans l’entreprise ID Logistics

14 Février 2014 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Lundi, François Destailleur, responsable du site lensois d’ID Logistics a accueilli un « salarié lambda ». Sauf que pour Éric Louchez, un CDI signé en milieu « ordinaire » le lendemain de ses 51 ans est quelque chose de tout à fait extraordinaire.

Lire la suite

Ergonomie, prévention des risques à l'ESAT:un exemple à suivre..

12 Février 2014 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

ESAT L'ENVOL a été récompensé pour sa démarche de prévention des risques professionnels par leTrophée CRAMIF à travers un travail exemplaire grâce au partenariat usagers, salariés et conseil en ergonomie... reportage...

publié reportage CRAM Ile de france/You Tube et posté par Denis

Lire la suite

Découverte du 1er réseau de travail protégé de France...

11 Février 2014 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Découverte du réseau APF Entreprises : 49 établissements de travail adapté et protégé sur 42 sites en France, 7 secteurs d'activité depuis 1933,reportage...

Lire la suite
1 2 3 > >>