Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS

Remise des diplômes ,V.A.E et attestations de compétences aux ouvriers ESAT : Une émotion partagée par tous...

31 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Espaces Verts, #Reconnaissance professionnelle, #Vie Sociale, #Certifications & VAE

Remise des diplômes ,V.A.E et attestations de compétences aux ouvriers ESAT : Une émotion partagée par tous...

La convivialité et le plaisir partagé étaient au rendez vous cette année à CHALONS en CHAMPAGNE pour ce rendez vous organisez par UNIFAF. autour de ces moments plein d'émotions La salle des fêtes avait du mal à contenir plus de 200 participants,impatients de monter sur scène pour soutenir l'ouvrier et l'ouvrière reconnus dans leurs compétences. Le CAC FORMATIONS engagé dans cette action par UNIFAF et le FSE ( Fond Social Européen) sur la formation Mécanique Entretien Réglage en Espaces Verts à remis ainsi à 114 Travailleurs Handicapés Ouvriers du paysage ,ce precieux sésame,lors de cette cérémonie émouvante pour tous, Moniteurs d'ateliers, ouvriers et directeurs d'établissements ,représentants d'ANDICAT qui accompagnent les travailleurs handicapés au quotidien....

Guylène MATHIEU

Remise des diplômes ,V.A.E et attestations de compétences aux ouvriers ESAT : Une émotion partagée par tous...
Lire la suite

Remise des diplômes et attestations de compétences aux ouvriers ESAT :Une émotion partagée par tous...

29 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Espaces Verts, #Reconnaissance professionnelle, #Vie Sociale, #Certifications & VAE

La convivialité et le plaisir partagé étaient au rendez vous cette année à CHALONS en CHAMPAGNE pour ce rendez vous organisez par UNIFAF. autour de ces moments plein d'émotions ...La salle des fêtes avait du mal à contenir plus de 200 participants,impatients de monter sur scène pour soutenir l'ouvrier et l'ouvrière reconnus dans leurs compétences. Le CAC FORMATIONS engagé dans cette action par UNIFAF et le FSE ( Fond Social Européen) sur la formation Mécanique Entretien Réglage en Espaces Verts à remis ainsi à 114 Travailleurs Handicapés Ouvriers du paysage ,ce precieux sésame,lors de cette cérémonie émouvante pour tous, Moniteurs d'ateliers, ouvriers et directeurs d'établissements ,représentants d'ANDICAT qui accompagnent les travailleurs handicapés à engager chacun à progresser dans sa vie....

Guylène MATHIEU

 Remise des diplômes et attestations de compétences aux ouvriers ESAT :Une émotion partagée par tous...
 Remise des diplômes et attestations de compétences aux ouvriers ESAT :Une émotion partagée par tous...
 Remise des diplômes et attestations de compétences aux ouvriers ESAT :Une émotion partagée par tous...
 Remise des diplômes et attestations de compétences aux ouvriers ESAT :Une émotion partagée par tous...
 Remise des diplômes et attestations de compétences aux ouvriers ESAT :Une émotion partagée par tous...
 Remise des diplômes et attestations de compétences aux ouvriers ESAT :Une émotion partagée par tous...
 Remise des diplômes et attestations de compétences aux ouvriers ESAT :Une émotion partagée par tous...
 Remise des diplômes et attestations de compétences aux ouvriers ESAT :Une émotion partagée par tous...
Lire la suite

Gastronomie,Qualité et Restauration

25 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Restauration, #Reconnaissance professionnelle, #Moniteurs d'ateliers

Une table à retenir....Le Logis de Pompois vous accueille à Sainte-Verge, dans le département des Deux-Sèvres. Ouvert depuis 1984, le Logis de Pompois est situé dans un ancien domaine viticole des XVIIIème et XIXème siècles. Vous découvrirez notre cuisine gastronomique personnalisée, originale et créative. Celle-ci est élaborée à partir de produits frais, évoluant au rythme des saisons et de leurs trésors. Le Logis de Pompois est une activité rattachée à un établissement de services, d'aide et d'accompagnement au travail (ESAT), géré par l'ADAPEI 79. à consommer sans modération.. reportage...

publié par Jean Philippe Moniteur d'atelier et Cuisinier.

Lire la suite

Le ferme Nos Pilifs.. reportage sur le travail adapté Belge..

21 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Vie Sociale, #Reconnaissance professionnelle

La Ferme "Nos Pilifs" est l'exemple de ce que devrait être une entreprise de travail adaptée pour les personnes déficientes. C'est pourquoi, par l'entremise de la Fondation Lou, Luc BOLAND réalisateur a apporté sa contribution à la production pour de ce film,plein de vies et d'envies...

Lire la suite

Mise à disposition expériences...

20 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle, #Certifications & VAE, #Vie Sociale

Chaque jour, un petit groupe de travailleurs quitte leur Centre d'Accueil, à Meudon, pour aller travailler au siège de l'entreprise Schindler.
Avec leur moniteur d'atelier, ils sont responsables du classement des milliards de contrats de maintenance d'ascenseurs que le siège reçoit de toute la France.
Paulette a une belle écriture : c'est elle qui est chargée de repérer le numéro du contrat. David, lui, est très fort en chiffres : c'est lui qui classe. Le chef d'atelier vérifie chaque contrat un par un, avant que François ne vienne les emporter aux archives. Où ils sont rangés parmi des milliers de boîtes.
A midi, ceux qui sont aux archives les rejoignent et le petit groupe déjeune au restaurant de l'entreprise, parmi les employés. Après le repas, ceux qui le souhaitent jouent un moment aux petits chevaux, les autres font une petite sieste, les bras croisés sur le bureau.
Et à 16 h 30, ils reprennent le minibus pour regagner l 'établissement.
Ainsi, leur intégration à la grande marche de l'Économie donne du sens à leur travail. Ils se sentent utiles. Et cela se voit : ils sourient, ils sont fiers de venir chez Schindler. Le travail se déroule dans la joie et bonne humeur.
Par leur travail, ces travailleurs particuliers sont à la rencontre de deux mondes : le monde du handicap et le monde de l'entreprise. A travers la vie de cette petite troupe, il s'agit de raconter cette confrontation faite de respect et d'enrichissement mutuels tant pour les handicapés que pour les travailleurs « ordinaires ».

Lire la suite

La clef des Songes: Une production Multimédia made in ESAT...

20 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Vie Sociale, #Reconnaissance professionnelle

"La Clef des Songes" est un film réalisé par les travailleurs à l'ESAT Le Prieuré à Saint-Dalmas de Tende (06), dans le cadre de l'atelier multimédia de l'année 2013, encadré par Rémy Masséglia / Lez'Art Création.
Ce film a été présenté au Festival Regards Croisés à Nimes les 3 et 4 octobre 2013.

sources: Diffusé sur YOU TUBE

Lire la suite

Travail protégé au Québec...

20 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Vie Sociale, #Reconnaissance professionnelle

Réaliser par le comité de La Table de concertation des organismes de personnes handicapés de la région de Saint-Hyacinthe dans le cadre de la Semaine Québécoise de Personnes Handicapées .
Sensibiliser la population maskoutaine, ainsi que les employeurs, sur les possibilités et les ressources disponibles dans la région de Saint-Hyacinthe, l'objectif étant de favoriser l'intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées. La vidéo fait également la promotion d'un partenariat gagnant entre des employeurs et des employés handicapés. reportage...

Lire la suite

Formations qualifiantes et Travail protégé

19 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Vie Sociale, #Reconnaissance professionnelle

L'ESAT de l’Élan offre une activité professionnelle qualifiante...

Cet établissement accueille 115 travailleurs souffrant de troubles psychiques. Plusieurs ateliers leur permettent de retrouver un rythme de travail et des relations sociales. Ils exercent une activité professionnelle qualifiante, même si elle est parfois loin de leurs rêves ou de leur précédent emploi..

Dans le passage Trubert-Bellier à Paris, un camion plein de ballots de linge est stationné devant l'ESAT d el'Elan. Des hommes et des femmes les transportent dans l’atelier blanchisserie qui traite en moyenne plus d’une tonne de linge par jour. Vingt-quatre travailleurs encadrés par trois moniteurs gèrent calandres, machines à laver, séchoirs, tables à repasser et emballeuse. Les prestations sont les mêmes que dans une blanchisserie traditionnelle et l’atelier compte une centaine de clients : laboratoires, hôtels et restaurants, crèches… Nous sommes sur cet établissement de l’association de santé mentale l’Élan retrouvé qui accueille des personnes souffrant d’un handicap psychique. Certaines ont suivi un traitement psychiatrique, d’autres n’ont jamais pu accéder au monde du travail ou en ont été exclues, pour d’autres de fréquentes hospitalisations ont entraîné des difficultés d’intégration. Enfin, certains travailleurs sont des malades stabilisés qui ont perdu beaucoup d’aptitudes sociales et professionnelles avec la maladie.

Après une orientation Cotorep (vers le milieu protégé), les personnes qui désirent travailler à l'ESAT doivent proposer elles-mêmes leur candidature et s’engager à poursuivre leur traitement et leur suivi thérapeutique parallèlement à leur activité professionnelle avec un médecin psychiatre extérieur à la structure. « Nous avons créé cet structure par manque criant de places pour les personnes souffrant de troubles psychiques ou sortant de l’hôpital psychiatrique », explique François Géraud, le directeur. « Si le nombre de personnes handicapées mentales baisse – avec notamment le dépistage in utero —, celui des personnes handicapées psychiques flambe ». La psychiatrie française est devenue plus sociale et prend davantage en compte le besoin pour ces patients de travailler. Les hospitalisations sont plus courtes et les patients doivent trouver des structures qui les accueillent et leur permettent une intégration sociale et professionnelle. Le handicap psychique est spécifique : absence de demande, variabilité des manifestations, aspect évolutif de la pathologie… Contrairement aux autres handicaps mentaux, peu évolutifs, il demande des réajustements permanents. « Dans notre ESAT , un travailleur peut brutalement décompenser alors qu’il semblait aller bien », illustre Françoise Ossowski, assistante sociale. « Nous devons nous adapter aux fluctuations du comportement, les personnes accueillies n’étant pas toutes forcément stabilisées ». Si un travailleur va mal, le psychiatre de la structure se met en liaison avec le médecin ou l’équipe soignante qui le suit afin qu’il bénéficie d’une aide rapide.

Différents ateliers professionnels

À sa création, en 1993, l'ESAT de l’Élan proposait des activités de blanchisserie, conditionnement, cuisine, ménage et bureautique. Petit à petit, il a ouvert d’autres ateliers. Aujourd’hui 25 personnes travaillent à la blanchisserie, 27 à l’atelier bureautique-microédition, autant à l’atelier conditionnement, 8 personnes s’occupent de la restauration pour le personnel de l'ESAT et du ménage, 13 officient dans l’atelier couture, 7 réalisent des prestations à l’extérieur et 8 gèrent le pressing, soit un total de 115 travailleurs. Aucune sélection d’âge, de diplôme ou de pathologie (excepté pour les pathologies trop actives) n’est effectuée à l’entrée. À son admission, le travailleur est placé dans un atelier et reçoit une formation par les moniteurs. Les ateliers bureautique-microédition et conditionnement sont les plus appréciés, le premier est considéré comme valorisant, le second rassure par ses tâches répétitives. L'ESAT va bientôt créer de nouveaux services : un atelier rénovation dans le bâtiment et un restaurant de quartier proposant une restauration rapide. L’objectif étant de décloisonner les activités et d’ouvrir les services sur la cité. C’est déjà le cas grâce au pressing des Peupliers, situé dans une rue passante du XIIIe arrondissement où rien n’indique que le personnel est embauché par l'ESAT et l’atelier blanchisserie permet la rencontre avec des clients grâce à des livraisons à domicile.
Si l'ESAT doit favoriser l’insertion en milieu ordinaire, il doit aussi respecter le cheminement de chacun. Pour certains, sortir de chez soi, ne plus être considérés par les voisins « comme le fou qui reste toute la journée chez lui », est déjà un grand pas. Le travail donne à ces personnes des points de repères, elles se sentent à nouveau exister, utiles, posent leurs valises, se stabilisent, rencontrent des collègues… Elles souhaitent souvent rester plusieurs années à l'ESAT sans envisager d’essayer de rejoindre le milieu ordinaire. D’autres, après cette expérience professionnelle, désirent rester chez elles, trop fatiguées par le travail et la maladie, ayant eu aussi trop peu de lieux pour se ressourcer entre le travail et la maison. Certaines rejoignent le milieu du soin parce que leurs troubles se sont aggravés, d’autres encore restent chez elles, constatant que le travail n’a pas de sens pour elles.

Un groupe pour travailler son projet professionnel

À l’admission d’un nouveau travailleur, l'ESAT met en place un projet individuel, comportant un volet social et professionnel et réinterrogé après chaque évaluation. Grâce au projet individuel et aux évaluations une évolution pertinente peut être réalisée pour chaque travailleur. Ainsi chaque mardi matin, Françoise Ossowski anime un « groupe projet » qui comprend vingt séances, durant lesquelles le travailleur élabore son projet professionnel. « Une fois que la personne a fait le deuil du travail rêvé – ce n’est pas toujours facile – elle va élaborer un projet réaliste », explique l’assistante sociale. Le groupe va l’aider à prendre conscience du décalage entre ses rêves professionnels et ses capacités amoindries par la maladie. Des propos plus faciles à entendre quand ils sont tenus par des collègues plutôt que par des encadrants du CAT. Dans cet atelier, les participants travaillent leur CV et apprennent à se présenter. « Dans un entretien d’embauche certains diront « j’ai pété les plombs, je les pète encore quelques fois, même si ça va mieux, sourit Françoise Ossowski. Ils doivent faire tout un travail pour apprendre à présenter leur parcours sous un aspect positif qui n’effraiera pas les employeurs ». Les compétences acquises, notamment la polyvalence, sont valorisées. Ainsi une femme a pu trouver un poste dans une petite blanchisserie de quartier. Elle est plus lente que les autres, mais à des atouts : elle a travaillé dans les différents ateliers et bénéficié d’une formation d’agent de pressing.

Toujours dans un souci d’intégration, les quatre heures hebdomadaires consacrées au soutien de deuxième type doivent se faire à l’extérieur (exception faite du « groupe projet ») : activités à caractère médical, psychiatrique, thérapeutique (chant, photo, théâtre… en centre d’accueil thérapeutique à temps partiel), sportif, culturel ou de loisirs. L’embauche des travailleurs de l'ESAT de l’Élan en milieu ordinaire reste très faible. Les grandes entreprises ont externalisé la plupart des tâches que peut assumer un travailleur de CAT (porter le courrier d’un service à un autre, faire des photocopies, du petit travail de jardinage). De plus, le handicap psychique est mal connu et effraie les chefs d’entreprise.

l'ESAT réfléchit avec d’autres à la mise en place d’une plate-forme qui suivra le travailleur handicapé en entreprise En effet, en cas de crise, l’entreprise n’a aucun interlocuteur qui l’aide à la gérer. Un numéro vert sera alors mis à leur disposition pour les aider à faire face. Une piste pour faciliter l’insertion des personnes handicapées psychiques dans le monde de l’entreprise... publié sur Lien Social et posté par Jean Guy BENOUNI

Lire la suite

Entreprise Adaptée et centre d'appel...

19 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Vie Sociale, #Reconnaissance professionnelle, #Moniteurs d'ateliers

Découvrons l'Entreprise Adaptée CECIPHONE CONTACT, un centre d'appel adapté aux travailleurs en situation de handicap visuel.

Lire la suite

Conduite des tondeuses auto-portées en Travail protégé...le point sur la législation

18 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Espaces Verts, #Moniteurs d'ateliers, #Certifications & VAE

L'article R.4323-55 du Code du Travail mentionne que, dans les établissements soumis, la conduite des équipements de travail mobiles automoteurs et des équipements de travail servant au levage est réservée aux travailleurs qui ont reçu une FORMATION adéquate.
Les tondeuses à gazon (à conducteur porté ou non) sont concernées par ces dispositions.


Par contre, seuls les équipements de travail appartenant à l'une des 6 familles mentionnées dans l'arrêté du 2 décembre 1998 (grues à tour, mobiles et auxiliaires, chariots automoteurs à conducteur. porté, PEMP et engins de chantier) sont soumis à l'obligation de délivrance préalable d'une AUTORISATION de conduite par le chef d'entreprise.
En règle générale (voir cas particulier ci-dessous), les tondeuses à gazon sont donc exclues de cette obligation.

Or le dispositif CACES® a notamment été créé afin de définir un référentiel pour les tests théorique et pratique à effectuer afin de vérifier les connaissances et le savoir-faire des opérateurs pour la conduite en sécurité des équipements de travail concernés par l'arrêté du 2 décembre 1998.
Les tondeuse à gazon étant exclues du champ d'application de cet arrêté, il n'y a pas de CACES® qui les concerne.

Toutefois, nous ne pouvons que recommander qu'à l'issue de la formation (qui, elle, est obligatoire) un contrôle des connaissance et du savoir faire soit réalisé.
Ce contrôle permet à l'organisme formateur de délivrer un avis d'aptitude, sur la base duquel le chef d'établissement peut établir, de façon "volontaire", une autorisation de conduite formalisant le respect des obligations réglementaires de formation et des échéances correspondantes (aptitude médicale, recyclage éventuel, etc...).
Il peut être judicieux de faire appel, pour la formation et l'évaluation, à un Organisme Testeur Certifié pour délivre les CACES®, ce qui est un gage de sa connaissance des objectifs de la formation et du sérieux de ses prestations, y compris pour une formation non CACES® en vue de la délivrance d'une autorisation de conduite "simple".
D'autre part, le chef d'établissement peut choisir, sous sa propre responsabilité, de délivrer une autorisation de conduite pour une tondeuse à conducteur porté sur la base d'un CACES® R372m de cat. 1, comme pour un mini-tracteur .
Toutefois, le Caces n'est pas une obligation, dans une entreprise à partir du moment où il y a eu une formation sérieuse et une examen interne (autorisation de conduite)l et pas de contre indication médicale par le médecin du travail... pour le travailleur utilisant ce matériel.

Références Article R231-38 du code du travail

Conduite des tondeuses auto-portées en Travail protégé...le point sur la législation
Lire la suite
1 2 3 4 > >>