Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS
Articles récents

Travail protégé chez nos voisins Belges...

17 Avril 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Entreprise adaptée

A Bruxelles, les entreprises de travail adaptées mettent à l’emploi 1.450 personnes en situation de handicap. En raison de leurs handicaps, la plupart de ces ouvriers et employés ne pourraient pas travailler dans le circuit « classique ». reportage...

Lire la suite
Lire la suite

Réforme de la formation professionnelle: Les changements pour les salariés

10 Avril 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle, #société

 

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a présenté le 5 mars les grandes lignes de la réforme de la formation professionnelle qui fera l’objet d’un projet de loi au printemps 2018. La présidente de CSP, un organisme national de formation, Aurélie Feld, revient sur les points principaux.

Le gouvernement est-il allé trop vite dans sa réforme de la formation professionnelle ?

 La méthodologie du gouvernement ne me pose pas particulièrement de problème. Il a d’abord diffusé aux partenaires sociaux une feuille de route, mais ceux-ci ne sont pas allés jusqu’au bout, notamment sur le sujet de la gouvernance. Donc cela ne me choque pas que, dans un deuxième temps, le gouvernement ait repris la main. Par ailleurs, le besoin de réforme était assez urgent !

Pourquoi ?

Il fallait réparer ce qui a été raté lors de la réforme de 2015, lorsqu’on a supprimé le DIF (droit individuel à la formation) pour créer le CPF (Compte personnel de formation). En Allemagne, 53 % des salariés ont régulièrement accès à une formation. Dans les pays nordiques, c’est plus de 60 %. En France, nous sommes encore bien en dessous.

 

Que va changer pour les salariés la « réforme Pénicaud » de la formation ?

D’abord, le compte de formation va devenir plus lisible puisqu’il sera libellé en euros, et non plus en heures. Chacun saura s’il peut s’acheter la formation qu’il souhaite.

Les salariés ou demandeurs d’emploi pourront aussi choisir des formations plus innovantes, par exemple des formations « blended », c’est-à-dire qui mélangent le digital et les cours classiques en salle.

Ensuite, pour les actifs non qualifiés, les droits sont renforcés avec un crédit de 800 euros par an (au lieu de 500 euros pour les autres). Les salariés en temps partiels auront aussi des droits équivalents à ceux à temps plein. C’est très important car cela va bénéficier notamment aux femmes qui subissaient une forme de « double peine » : souvent moins qualifiées, elles accédaient aussi moins fréquemment que les hommes aux formations.

Et pour les organismes de formation comme le vôtre, qu’est-ce que la réforme va changer ?

Il va falloir que l’on s’adresse davantage directement aux salariés et peut-être un peu moins à leurs employeurs. Le référentiel de qualité auquel il faudra répondre pour être un organisme de formation certifié sera aussi plus strict ; c’est une bonne chose. En résumé, le but est de former beaucoup plus massivement les salariés et les demandeurs d’emploi en leur donnant accès aux formations dont ils pensent avoir besoin.

 

Toutes les Infos sur votre CPF et la réforme de la formation professionnelle:

 moncpf@overblog.com

 

Lire la suite

CPF apprentissage,insertion la nouvelle loi pour la formation professionnelle favorable aux personnes en situaiton de handicap

5 Avril 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #social, #société, #Reconnaissance professionnelle

Le gouvernement prépare pour le premier semestre 2018 une réforme visant à "améliorer les dispositifs d'insertion professionnelle" des personnes handicapées, ont indiqué lundi la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et la secrétaire d'Etat chargée du handicap, Sophie Cluzel.

 

Au premier jour de la Semaine pour l'emploi des personnes handicapées, ces deux membres du gouvernement ont visité une agence de Pôle Emploi dans le XIXe arrondissement de Paris, qui leur a présenté plusieurs outils d'accompagnement dédiés. Elles devaient ensuite se rendre dans une PME.

A 19%, le taux de chômage des personnes handicapées est deux fois supérieur à la moyenne nationale. Le taux d'emploi de travailleurs handicapés dans les entreprises privées est de 3,4% (emploi direct uniquement), alors que la loi leur impose depuis 30 ans d'atteindre les 6%, sous peine de pénalités financières. Cette obligation a été étendue par la loi de 2005 à la fonction publique, qui en est à 5,3%.

"Il va falloir passer à la vitesse supérieure", a déclaré devant la presse Mme Pénicaud. Mme Cluzel a précisé que la réforme en préparation pour le "premier semestre 2018" porterait non seulement sur l'obligation d'emploi, mais aussi, plus globalement, sur "une amélioration des dispositifs d'insertion, à la hauteur des espoirs et des attentes des personnes handicapées".

Il faudra étudier la façon de mobiliser et "mettre en réseau" les services publics de l'emploi, les entreprises, les associations et autres intervenants, selon les deux ministres. Elles veulent "faire de l'incitatif plutôt que du coercitif" en mettant en lumière les "bonnes pratiques" et en montrant aux entreprises "les avantages et les atouts" des personnes handicapées.

Mme Cluzel a également exprimé sa volonté de développer l'apprentissage, qui ne concerne actuellement que "1% des jeunes handicapés".

Le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé en septembre sa volonté de rénover les dispositifs d'insertion professionnelle des personnes handicapées.

Les inspections générales des affaires sociales (Igas) et des finances (IGF) doivent publier à la fin de l'année une enquête sur le mode de financement des fonds d'insertion Agefiph (secteur privé) et FIPHFP (fonction publique), tandis que l'ex-sénatrice Dominique Gillot mène jusqu'en mars une mission sur l'emploi des personnes handicapées.

A l'agence Pôle emploi, a notamment été présenté aux deux ministres un dispositif en cours de déploiement, destiné à l'accueil des demandeurs d'emploi déficients auditifs. Une tablette permet de se connecter en visio-conférence avec un interprète en langue des signes, qui traduit les échanges avec les conseillers.

Lire la suite

JOYEUX UN RESTAURANT SERVI AVEC LE COEUR....

4 Avril 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Restauration, #Reconnaissance professionnelle, #Entreprise adaptée, #Moniteurs d'ateliers, #Vie Sociale

 

Mercredi 21 mars a ouvert à Paris un nouveau café-restaurant baptisé "Joyeux, servi avec le coeur", dont la particularité est de n'employer que des personnes en situation de handicap mental.

 

Il y en avait déjà un à Rennes, inauguré en décembre. Il y en a maintenant un second, situé cette fois-ci en plein coeur de Paris. Mercredi 21 mars, le café-restaurant "Joyeux, servi avec le coeur" a ouvert ses portes au 22 rue Saint-Augustin dans le 2e arrondissement, occasion pour laquelle Brigitte Macron et Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat en charge des Personnes handicapées, ont fait le déplacement.

Car le lieu a une particularité, qui en fait le premier coffee-shop de ce type dans la capitale : ses 20 serveurs et cuisiniers, encadrés par trois managers, sont porteurs d'un handicap mental ou d'un trouble cognitif. L'idée ? Créer de l'emploi pour des populations qui en sont exclues, à l'heure où "le taux de chômage chez les personnes autistes est de 90 %", explique le fondateur de Joyeux, Yann Bucaille Lanrezac, à LCI. Mais aussi faire évoluer les mentalités sur le handicap. Des nouvelles enseignes pourraient d'ailleurs voir le jour à Bordeaux, Lyon ou Lille.

Les dividendes du café seront quant à eux reversés à la fondation Émeraude Solidaire, qui intervient dans le domaine de la solidarité et de l'action humanitaire (lutte contre la faim, promotion de l'éducation, soutien aux personnes exclues...).

Lire la suite

Un restaurant pas comme les autres...

2 Avril 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle, #société, #Vie Sociale

Un restaurant pas comme les autres
 Le Reflet est un projet de restaurant gourmand, situé à deux pas du centre ville de Nantes. Plus qu'un restaurant : un lieu de partage, un véritable voyage culinaire et humain ! reportage...
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

28 Mars 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle, #société, #Vie Sociale, #Certifications & VAE

La ministre du Travail Muriel Pénicaud souhaite que les droits versés au compte personnel de formation détenu par tout salarié ou demandeurs d'emploi soient renforcés.
La ministre du Travail Muriel Pénicaud souhaite que les droits versés au compte personnel de formation détenu par tout salarié ou demandeurs d'emploi soient renforcés. (Crédits : Reuters)
La réforme de la formation professionnelle plonge les Français dans l'inconnu selon la dernière enquête d'opinion exclusive BVA/La Tribune. Seuls 17% des interrogés ont déclaré savoir en quoi consiste le projet contre 55% qui ne voient pas précisément ce dont il s'agit. La ministre du Travail va devoir faire oeuvre de pédagogie.

La multiplication des réformes ne joue pas en faveur du gouvernement. Alors que la ministre du Travail Muriel Pénicaud a présenté les grandes lignes du nouveau dispositif de la formation professionnelle le 5 mars dernier, beaucoup de Français ignorent encore les grands axes du projet de l'exécutif selon la dernière enquête mensuelle d'opinion BVA/La Tribune sur "les questions de l'économie."

 

Manque de pédagogie?

72% des répondants ont déclaré à l'institut de sondages qu'ils avaient entendu parler du projet de réforme de la formation professionnelle, 26% des Français ignorent totalement l'existence de cette réforme et 2% ne se sont pas prononcés. En revanche, les résultats indiquent que le gouvernement devra faire preuve de pédagogie dans les semaines à venir. En effet, seuls 17% des Français déclarent voir en quoi il consiste contre 55% qui ne voient pas précisément ce dont il s'agit. Des chiffres qui peuvent inquiéter sachant que cette réforme va avoir des conséquences sur la vie professionnelle de millions d'actifs.

Au niveau des profils, il existe de fortes disparités. La notoriété du projet de réforme est plus importante chez les plus de 50 ans (83%) et les cadres (73%), que chez les moins de 50 ans (62%) et chez les employés et ouvriers (65%). Sur le plan politique, là encore les résultats présentent quelques contrastes.

"La notoriété du projet annoncé par Muriel Pénicaud est légèrement plus importante chez les sympathisants des Républicains (89%) et du Parti socialiste (81%) que chez ceux de LREM (75%) alors que les sympathisants FN (62%) et LFI (61%) se situent en retrait."

Le système actuel très critiqué

Si une minorité de Français perçoivent les principaux enjeux de la nouvelle réforme, une grande majorité des répondants désapprouvent totalement le système actuel. 77% des interrogés estiment que le système de formation n'est pas efficace (84% des cadres), ils sont également 77% à juger qu'il n'est pas facile à comprendre (85% des moins de 35 ans) ou encore 75% jugent qu'il n'est pas facile d'accès. Ces résultats reflètent "la très forte défiance des Français à l'égard du système de formation, une défiance qui se lit plus fortement encore auprès des sympathisants LREM, des moins de 35 ans et des cadres qui ont exprimé des opinions plus négatives encore."

Quelles sont les mesures soutenues ?

Les mesures relatives à la formation des demandeurs d'emploi et les salariés les moins qualifiés sont largement soutenues par les Français. 63% des Français estiment qu'il est prioritaire de soutenir la formation de ces publics. Il faut rappeler qu'actuellement, ce sont en priorité les actifs occupés du secteur privé (42,8%) et les agents du secteur public (17,4%) qui se partagent la plus grande part de l'enveloppe annuelle consacrée à la formation professionnelle (32 milliards d'euros). À l'inverse, les personnes en recherche d'emploi (15,1%) et les jeunes (23,7%) bénéficient d'une part bien bien plus faible de la dépense consacrée à la réforme rappelle une récente étude du ministère du Travail.

Les autres mesures jugées comme prioritaires par les Français (40%) concernent la participation des grandes entreprises au financement de la formation des TPE/PME (40% des Français jugent ceci prioritaire) et la création d'une instance pour certifier les formations et un observatoire de l'évolution des prix des formations, prioritaire pour 39% des Français.

En revanche, la possibilité que le compte personnel de formation (CPF) soit abondé en euros et non plus en heures recueille relativement peu d'intérêts chez les Français puisque 14% jugent cette mesure prioritaire. Enfin, la mesure qui consiste à proposer des formations uniquement sur Internet ne rencontre pas non plus un franc succès. Seuls 9% des Français considèrent que cette proposition est prioritaire. Ce taux illustre un attachement des répondants à des formats de formation plus classiques en présence d'un formateur par exemple. (sources la Tribune).

Tout savoir sur la réforme et le CPF : moncpf@overblog.com

Lire la suite

CPF ,nouvelle loi...travailleurs handicapés et gestion des heures ?

28 Mars 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle

  • Comment s’effectuera la gestion des heures du CPF ?

Ce ne sera pas à l’employeur de gérer le CPF de ses salariés.

Le CPF prendra la forme d’un service dématérialisé gratuit, tenu par la Caisse des Dépôts et Consignations (art. L.6323-8, I du Code du Travail).

Chaque titulaire pourra accéder à un espace lui permettant :
- de connaître son nombre d’heures créditées, les formations éligibles ainsi que les abondements complémentaires pouvant être sollicités ;
- d’élaborer et d’actualiser un « passeport d’orientation, de formation et de compétences ».

En pratique, les droits CPF seront calculés à partir des données déclarées par les employeurs dans la déclaration annuelle des données sociales (DADS) et à terme, dans la déclaration sociale nominative (DSN).

Un décret précisera les modalités de gestion du CPF par la Caisse des Dépôts et Consignations fin avril 2018

 

  • Quelles sont les particularités du CPF pour les travailleurs handicapés ?

Les personnes handicapées accueillies dans un établissement et service d’aide par le travail seront dotées d’un CPF, dès 16 ans.

En cas de durée de la formation supérieure au nombre d’heures inscrites sur le compte, l’AGEFIPH pourra financer des heures complémentaires, pour les titulaires handicapés (salarié ou demandeur d’emploi) du CPF (art. L.6323-4, III du Code du Travail).

Cet abondement complémentaire pourra être déduit du montant de la contribution due à l’AGEFIPH par l’entreprise (art. L.5212-11 du Code du Travail).

Un décret viendra préciser les modalités d’abondement complémentaire des travailleurs handicapés. (non paru à ce jour)

 

tout savoir sur le CPF infos: moncpf@overblog.com

Lire la suite