Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS

handicap

Pourquoi il est très difficile de travailler avec un trouble bipolaire ?

3 Mai 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Hebergements pour adultes EPHAD Maintien à domicile, #Handicap

Non, le bipolaire n’est pas un feignant, non ce n’est pas son souhait de ne pas travailler !!! D’ailleurs, généralement, quand il peut travailler, il travaille ( trop même ) ! En dehors des phases dépressives sévères la plupart du temps . Anecdotiquement, les études semblent poser moins de problèmes, peut-être que c’est dû au laxisme des absences possibles …
Travailler pendant plus d’un mois peut relever de l’exploit, suivant notamment la réaction du cerveau à son nouvel environnement professionnel . Un travail qui n’est pas plaisant, cela pourrait déclencher une crise sur le long terme .
Le bipolaire souffre parfois de symptômes antisociaux : le bruit, le travail en équipe, l’impact de l’image de soi, etc etc … Difficile de travailler dans ces conditions-là ! La motivation manque, le réveil est compliqué jour après jour …
En plein travail, la peur au ventre, la panique peut très vite s’installer pour x raisons . Après toute crise de panique, devant les collègues, la honte s’empare alors du mental du bipolaire, vulnérable, encore plus fragilisé qu’en temps normal … Comment retourner au travail après de telles situations ( effrayantes ) ? Après l’abandon de l’emploi ou la rupture du contrat par la société, il faut de nouveau en retrouver un nouveau job, jusqu’à la prochaine crise, c’est un cercle vicieux …

Quand on est une personne sans trouble mental, on peut ne pas comprendre cette réaction de tout quitter pour des choses qu’on ne vit pas …

Gérer un trouble bipolaire est déjà un emploi à plein temps, 24h/24 7j/7, seul . Les symptômes ne sont pas présents pendant seulement 7H et vous les donnez ensuite à quelqu’un d’autre ( ce serait trop beau ) !!! Il ne faut pas oublier que cette maladie peut avoir des conséquences mortelles si elle est mal gérée ( suicide ) … C’est épuisant . Faire le deuil de sa carrière professionnelle est très dur à vivre, c’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle beaucoup de patients ne demandent pas tout de suite une pension d’invalidité . Cette dernière fait peur, elle annonce la fin d’une vie normale et rappelle encore plus cette maladie mentale …

 

 

Je suis bipolaire et sans emploi, mais voilà pourquoi …

Avant de juger une personne qui est bipolaire et sans emploi, il faut plutôt essayer de comprendre sa maladie et son rythme de vie autour de cette dernière … Il existe bien évidemment des centaines de raisons propres à chacun, mais en voici une dizaine qui reviennent souvent …

 

Une stabilité dans le temps

Suivant le type de bipolarité, les durées des cycles notamment, maintenir une stabilité et rester dans la constance, rester toujours pareil et opérationnel est très compliqué . Les patients ayant une période euthymique ( stable ) durant plusieurs mois ne sont pas si nombreux que cela . Pour vous donner un petit aperçu, on parle de trouble bipolaire à cycles lents pour ceux qui ont des périodes d’humeur normales pendant 3 mois seulement … Autant vous dire que les bipolaires à cycles rapides n’ont pas beaucoup de « repos » … Alors, comment garder un emploi quand on est en dépression majeure ou que l’on traverse une crise maniaque ???

 

Un espace familier avec des personnes de confiance

L’anxiété est un trouble quasi-permanent chez le bipolaire, c’est pourquoi il est important de réduire au maximum les facteurs stressants comme celui de l’inconnu . Pour pouvoir gérer son anxiété et/ou réagir face à une crise d’angoisse, la personne a besoin de se sentir « comme chez elle » et se sentir entourée de gens qu’elle connaît, des personnes de confiance . Être en sécurité mentalement et physiquement est primordial pour elle .

 

Une vie avec une maladie imprévisible

La bipolarité est une maladie invisible à première vue, mais elle est aussi imprévisible pour la personne qui en souffre et son entourage . Comment peut-elle prévoir d’aller travailler quand elle ne sait pas de quel symptôme elle va souffrir le lendemain ? Les hauts et les bas sont le lot quotidien du bipolaire, des jours où il sera super bien, des jours moyennement et des jours qui seront catastrophiques …

 

Une peur des effets secondaires dus aux médicaments

Si une personne est diagnostiquée bipolaire, normalement elle a un traitement médicamenteux, voilà une contrainte de plus à gérer, enfin surtout celle des effets secondaires indésirables … La fatigue et les tremblements sont les plus fréquents, mais il y en a d’autres, et souvent bien plus difficiles à masquer au travail . Une personne bipolaire a vraiment besoin de plus de repos qu’une personne en bonne santé, alors si elle ne peut pas faire une petite sieste en cours de journée, comment faire pour être polyvalente tout au long de la journée à son poste ? Prendre encore plus de médicaments ? Non, ce n’est absolument pas une bonne solution sur le long terme … D’ailleurs, suivant le traitement prescrit par le psychiatre, le patient peut être dans l’interdiction de conduire, ce qui est déjà très restrictif pour trouver un travail dans certaines villes …

 

Une prévision des attaques de panique

C’est environ 30% des personnes bipolaires qui seraient aussi touchées par le trouble panique . Ce trouble connexe à la bipolarité, bien plus fort qu’un simple symptôme, peut bloquer littéralement une personne chez elle, aussi intense qu’une phobie sociale … Se dire qu’il faut aller à la rencontre du monde ( du public ) peut sembler être une horreur ! En général, cela ne dure que quelques heures, mais est-ce qu’un patron accepterait des retards courants pour ce type de motif ? Si oui, pas très longtemps …

 

Une fiabilité malgré les troubles divers

Le trouble bipolaire est composé essentiellement de troubles du comportement et de troubles de l’humeur . Comment peut-on faire confiance à 100% à une personne qui souffre de troubles tels que la concentration, la mémoire, le jugement, etc etc … ? Et vice-versa, comment une personne bipolaire peut affirmer qu’elle est de confiance alors qu’elle connaît ( normalement ) ses symptômes ? En synergologie, c’est ce qu’on appelle un mensonge de sur-valorisation, ce n’est pas grave en fait car tout le monde le fait ( au moins à l’entretien d’embauche ), mais quand c’est régulier, est-ce honnête envers sa hiérarchie ? Non, ça peut même être dangereux pour les 2 parties : employeur et salarié ( accident, perte de client important, etc etc … ) .

 

Un rythme professionnel compliqué avec la maladie

Quand on est au travail, ce n’est pas pour s’amuser en général, un rythme de travail est donné par ses supérieurs et cette cadence est à respecter, malade ou pas ! C’est là un gros facteur de stress pour le bipolaire, car oui, en phase maniaque il lui est facile de manager plusieurs personnes ou effectuer plusieurs actions en même temps, mais cela ne dure pas éternellement et a un impact néfaste sur sa santé … Les semaines qui suivent sont alors désastreuses car il lui faut un temps égal de récupération, chose impossible avec un patron . Le rythme d’activité doit toujours être égal .

 

Une pause-déjeuner en bonne compagnie

C’est un peu différent des troubles alimentaires et cela se rapproche même de l’angoisse . La personne bipolaire a ses habitudes et ce n’est pas bon de les changer, cause de frustration, alors si pendant la pause déjeuner elle n’est pas avec une personne qu’elle apprécie, elle pourra avoir l’appé !@#$%^&* coupé ! Stress, panique, difficile à expliquer, mais le bipolaire risque de ne pas manger normalement en présence de facteurs d’alerte ( l’image de soi peut-être ? ) .

 

Un agenda de santé à respecter

Les rendez-vous avec le psychiatre sont très importants pour maintenir la bonne santé mentale du patient et ainsi prévenir d’une rechute . Certes, les heures de consultation peuvent être en dehors des horaires de travail, mais on rajoute alors une activité supplémentaire et donc de la fatigue, du stress … Beaucoup le font, mais un jour ou l’autre, bien souvent, ils craquent : burn-out dû au rythme de vie qui est en général sans repos suffisant …

Docteur Langsman intervenant

Lire la suite

Evaluation externe des établissements,A.R.S, et bonnes pratiques en institution

28 Avril 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Hebergements pour adultes EPHAD Maintien à domicile, #Handicap, #Hébergement Vie sociale, #Moniteurs d'ateliers

Le CAC FORMATIONS et ORES Qualité sa filiale Conseil et Certifications est habilité par l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM)pour procéder à l’évaluation externe des activités et de la qualité des prestations des établissements et services sociaux et médico –sociaux en France métropolitaire et dans les Dom-Tom.

Evaluation externe Modalités:

Les évaluateurs ;

Nos évaluateurs sont tous issus du secteur médico-social et social et sont dans leur majorité des professionnels en activité. Ceux –ci possèdent les qualifications et compétences conformément à la législation (annexe 3-10 du CASF) :

- Etre un professionnel confirmé et reconnu par son expérience professionnelle du secteur social et médico-social,

- Disposer d’un diplôme de niveau II et avoir suivi une formation continue à la pratique de l’évaluation externe et des outils d’évaluation à la Qualité .(ISO ,Certifications H.A.S)

Notre méthodologie :

Ces outils sont notre déclinaison des préconisations présentes dans les orientations du décret n° 2007-975 du 15 mai 2007 relatif au cahier des charges pour l’évaluation des activités et de la qualité des prestations dans le secteur social et médico-social.

Notre charte des bonnes pratiques d’évaluation:

Chaque évaluateur signe un engagement de confidentialité avant toute intervention portant sur :

Le respect strict du champ d’évaluation

  • La confidentialité et devoir de réserve
  • L’impartialité et la transparence et l’intégrité dans ses décisions.
  • Ecoute et objectivité dans la rencontre des acteurs ( personnels,usagers,tiers) rencontrés.
  • Qualification : L’évaluateur en formation continue se maintient régulièrement à jour des référentiels et bonnes pratiques et textes de référence de l’ANESM .

Votre contact au 05.53.68.81.00 Laurent DEMATHIEU ores@cac-formations.net

Lire la suite

Leur "bonne bouille" fait recette sur les marchés !

27 Mars 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #social, #société, #Moniteurs d'ateliers, #insertion par l'économique, #Handicap

 

Résumé : Gilles Versluis, éleveur de cochons, a créé l'association "Les bonnes bouilles de Bouillac". Son projet ? Permettre à de jeunes adultes handicapés, comme son fils, trisomique, d'accéder à l'emploi, sur les marchés, au contact du public.

Par , le 
 

Les bonnes bouilles de Bouillac est une association née à l'initiative de Gilles Versluis, éleveur de porcs gascons, en Dordogne. Son objectif ? Montrer que son fils, Jules, avec une trisomie 21, ne manque pas de ressources. C'est en remarquant l'intérêt porté par certaines personnes au handicap de son fils, lorsqu'il en parle, qu'il prend la décision, avec d'autres parents, de se lancer dans cette aventure. Il décide ainsi d'installer un petit stand pour vendre ses produits (jambons, saucissons…), accompagné d'un jeune adulte en situation de handicap. Même si Gilles est personnellement touché par la trisomie, son projet concerne tous les handicaps, sans exception.

Au contact du public

Avec la rencontre d'Hugues, un jeune adulte porteur de trisomie 21, les choses se concrétisent. « Je l'ai croisé dans le bus de mon fils, et c'est après avoir rencontré ses parents que je lui ai proposé de venir travailler avec moi », explique l'éleveur. Ce dernier est convaincu que le jeune homme a le profil parfait pour mener cette petite affaire. « Il manifestait le désir d'être au contact de la clientèle », une qualité sur laquelle Gilles peut encore compter aujourd'hui. Avec l'envie de rassembler des personnes différentes et de mettre en lumière le handicap, son initiative prend rapidement de l'ampleur.

Une initiative qui sort de l'ordinaire

Contrairement au Téléthon, l'objectif de cet entrepreneur n'est pas de « récolter de l'argent mais de faire quelque chose qui permette aux personnes handicapées de participer », de manière active. Leur proposer un emploi, les mettre en condition de travail, c'est leur donner la visibilité et surtout la reconnaissance qu'ils peinent d'ordinaire à obtenir. « Les gens n'ont plus le temps de se rencontrer, d'échanger », déplore le président de l'association. C'est là tout l'objectif de son engagement : créer un lieu de partage. Selon lui, « trop peu de personnes en situation de handicap sont visibles aux yeux du monde, alors qu'ici les gens viennent, discutent, et c'est déjà beaucoup. » Lorsque la mairie de Belvès lui propose de s'installer sur son marché pour y tenir un stand tous les samedis, le père de famille voit beaucoup plus grand. Pour avancer, il faut des financements, et le marché est un bon moyen de faire connaître son projet.

D'autres projets…

Après deux ans à Belvès, Gilles Versluis continue d'avoir des rêves plein la tête. Il souhaite s'installer sur trois autres marchés, avec, toujours, derrière l'étal, une personne en situation de handicap. Touche-à-tout, il rénove également une vieille bâtisse à Bouillac afin d'en faire un lieu de vie qui accueillerait entre cinq et sept employés avec un handicap mental. « La situation de la personne importe peu. Ce qui compte réellement, c'est sa motivation et son envie d'interagir avec un public », confie-t-il . Dans un cadre naturel, sur plus de 6 hectares, le site proposera également une ferme et devrait ouvrir ses portes à des visiteurs en quête de calme et de sérénité.


© Les bonnes bouilles de Bouillac Par

Lire la suite

Troubles mentaux, le poids des émotions

28 Février 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #société, #Hebergements pour adultes EPHAD Maintien à domicile, #Handicap

Les émotions dirigent nos vies au quotidien : il ya celles qui nous poussent à aimer, celles qui nous poussent à détester, mais il ya également celles qui nous détruisent. Si la plupart des gens arrivent à gérer ces émotions, chez certains elles conduiraient à la folie et aux troubles mentaux. Et si finalement tout était écrit dès la naissance ?

Lire la suite

Il illustre les maladie mentales pour mieux les expliquer

25 Février 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Hébergement Vie sociale, #Handicap

L’artiste Shawn Coss a décidé de dessiner les troubles psychiatriques et psychiques, avec brio, il faut bien l’avouer.

Lire la suite

Histoire du handicap: des Origines datant de l'Antiquité...

15 Janvier 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Hebergements pour adultes EPHAD Maintien à domicile, #Handicap, #social

 

A cette époque, les personnes handicapées, et particulièrement les enfants, étaient totalement exclus de la société.
Considérés comme impurs ou victimes d'une malédiction divine, certains étaient tués dès la naissance, ou utilisés par des mendiants qui accentuaient le handicap pour mieux attirer la compassion.
Une catégorie de personne le plus souvent ignorées, ou suscitant la fascination d'autrui de part sa relation soi-disant privilégiée avec le divin.

Le handicap au Moyen-âge : des infirmes reconnus mais enfermés...

C'est au début du Moyen-âge que les « Hôtels-dieu » et autres hospices sont mis en place pour accueillir les infirmes, les pauvres et les miséreux de la société.
Le handicap et la situation de cette catégorie de la population suscite la peur, c'st pourquoi la société répond au besoin de s'occuper de la différence par l'enfermement.
En parallèle, la Cour des Miracles était le fief parisien des mendiants, infirmes et voleurs de multiples origines. Un lieu insalubre mais qui, à al nuit tombée, faisait disparaître par miracle les soucis de chacun
Louis XIV est un des pionniers de cette démarche en ordonnant la création l'Hôpital de la Salpêtrière pour le renfermement des mendiants, et de l'Institution des Invalides pour l'accueil des soldats invalides ou âgés.
A la mort de Louis XIV, ce système d'enfermement et d'exclusion des infirmes s'affaiblit au profit de la médecine et de nouveaux courants de pensées.

Les Temps Modernes : Un nouveau courant de pensées...

Le XVIIIème siècle, ou le siècle des Lumières, prône la raison, la science et le respect de l'humanité.
Plusieurs auteurs et personnalités de l'époque seront précurseurs de ces nouvelles idées sur le handicap. Parmi eux l'on peut citer :

- Diderot (1713-1784), un des plus grands philosophes de ce siècle qui publia des essais cherchant à démontrer l'égalité des esprits pourvu qu'on leur consacre suffisamment d'instruction et d'éducation
- L'Abbé de l'Epée (1712-1789), qui fonda une école pour les sourds-muets et inventa des signes méthodiques pour leur permettre de communiquer.
- Valentin Haüy (1745-1822), fonda de son côté l'institution des jeunes aveugles et inventa des caractères en relief pour leur ouvrir l'accès à al lecture.
- Philippe Pinel (1745-1826), inventa la psychiatrie et des traitements doux pour remédier aux violences dont les personnes déséquilibrées étaient victimes. sources Handicap.fr

Lire la suite

Un film réalisé par des usagers d'ESAT Rennais primé

13 Janvier 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Hebergements pour adultes EPHAD Maintien à domicile, #Handicap, #Hébergement Vie sociale

Pas de 2" un film réalisé à l'Esat les Ateliers de l'Espoir à Rennes, primé au festival Regards Croisés de Nimes..

Lire la suite

Le CPF pour le financement de la formation des travailleurs handicapés: Le blog à consultez:http://moncpf.over-blog.com/

7 Janvier 2018 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Reconnaissance professionnelle, #Moniteurs d'ateliers, #Vie Sociale, #Handicap, #social, #Entreprise adaptée, #Certifications & VAE

 
Formation des travailleurs handicapés en Esat : quel financement pour le CPF ?
A l'heure où les budgets formation se décide pour cette année nouvelle 2018, ,mobilisez le CPF,chaque usager d'ESAT ,ou salarié d'E.A bénéficiant de 24 heures par an est une opportunité à ne pas oublier! 

Les personnes handicapées en établissements ou services d'aide par le travail (Esat) ont accès au compte personnel de formation (CPF).  Profitez en  pour le mobilisez vis à vis des projets  professionnels des usagers et du plan de formation!

 

La loi Travail du 8 août 2016 a défini les modalités d’alimentation, de mobilisation et de financement du compte personnel de formation (CPF) pour les personnes handicapées accueillies dans un établissement ou service d'aide par le travail (Esat). Ne manquait plus, pour que le dispositif soit pleinement opérationnel, que soit fixée l'assiette de la cotisation dont les structures sont redevables. Chose faite avec un décret du 27 décembre, en vigueur depuis le 1er janvier 2017.

Remarque : depuis cette date, le CPF est l'un des trois volets du nouveau compte personnel d’activité (CPA), également ouvert aux personnes handicapées accueillies en Esat.

Utilisation du CPF

Pour mémoire, le CPF est alimenté à hauteur de 24 heures par année d’admission en Esat à temps plein ou à temps partiel, jusqu’à l’acquisition d’un crédit de 120 heures. Une fois ce plafond atteint, il est abondé de 12 heures par année d’admission, dans la limite d’un plafond total de 150 heures.

Seules peuvent être financées par les heures inscrites sur le CPF les formations éligibles au sens de l’article L. 6323-6 du code du travail. C’est la personne handicapée qui décide de suivre une formation, sachant que l’Esat doit donner son accord préalable sur le contenu et le calendrier de la formation si celle-ci est suivie pendant le temps d’exercice d’une activité à caractère professionnel en son sein. En cas d’acceptation, le travailleur handicapé bénéficie, pendant la durée de la formation, du maintien de la rémunération garantie, ainsi que du régime de sécurité sociale relatif à la protection en matière d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Ainsi les formations comme les CACES (transpalettes,chariots élévateurs) mais également les certifications de compétences,titres de niveau 5 ( Ouvriers du paysage,agent de propreté, agent de restauration, agent logistique,agent de Blanchisserie) les modules CLEA (socles de compétences),les formations  informatiques validantes peuvent être prises en compte. le CAC FORMATIONS,organisme de formation continue du secteur du travail protégé,dispense ses actions depuis 1997. N'hésitez pas à les contactez pour établir des projets individualisés: site www.cac-formations.net  mail:administration@cac-formations.net.

Financement du CPF

Afin de financer les formations, les Esat sont redevables d’une nouvelle contribution, égale à 0,2 % d’une partie forfaitaire de la rémunération garantie allouée au travailleur handicapé. Cette assiette forfaitaire est égale à la somme :

  • de la fraction de rémunération garantie financée par l'Esat ;
  • et de la moitié de l'aide au poste financée par l'État.

Cette contribution, versée à l'organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) dont il relève, est compensée par l’État pour la partie de l'assiette égale à l'aide au poste. Ce dont s'est félicité le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), saisi pour avis du projet de décret.

Source : décret du 27 décembre 2016 (n° 2016-1899), JO du 29 déc

 

Tout savoir sur le C.P.F le blog à consultez:http://moncpf.over-blog.com/

Pour toutes vos questions ,projets de formation contactez nous: administration @cac-formations.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le CPF pour le financement de la  formation des travailleurs handicapés: Le blog à consultez:http://moncpf.over-blog.com/
 Le CPF pour le financement de la  formation des travailleurs handicapés: Le blog à consultez:http://moncpf.over-blog.com/
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>