Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS

moniteurs d'ateliers

Handicap et travail... le duo de l'inclusion

22 Mars 2020 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #insertion par l'économique, #Hebergements pour adultes EPHAD Maintien à domicile

 4ème édition de l'opération Duoday, une journée qui vise à changer notre regard sur le handicap dans le monde du travail. Mary Sohier et Thomas Chapuzot sont partis à la rencontre de l'un de ces binômes handi-valides dans le centre équestre de Vouneuil-sous-Biard. reportage...

Lire la suite

le formidable outil de l'informatique dans le soutien en travail protégé

19 Mars 2020 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Informatique

Quatre ESAT du réseau ESATCO de l'Adapei Loire-Atlantique ont expérimenté l'utilisation du programme AMIKEO pour développer les compétences et l'autonomie de leurs travailleurs. Grâce à ses applications personnalisables, le programme AMIKEO est devenu un outil-clé pour plus de 50 travailleurs au sein des ateliers techniques, des espaces verts, de la restauration ou encore du nettoyage. Les procédures sont visuelles et sonores, le planning est simplifié, les exercices permettent de s’entraîner… Les travailleurs sont acteurs et créent leurs propres supports, avec leurs moniteurs et leurs pairs. Au travail, AMIKEO stimule l’autonomie, la pairaidance, le développement de compétences et l’auto-évaluation. C’est un outil prometteur pour permettre l’accès à l’emploi pour tous ! En 2019, l’Adapei Loire-Atlantique a décidé d’essaimer l’outil au sein de ses douze ESAT pour accompagner plus de travailleurs dans le monde numérique.

Lire la suite

Formation professionnelle et Restauration à l'ESAT

18 Mars 2020 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Accompagnement professionnel, #Moniteurs d'ateliers, #H.AC.C.P Hygiène alimentaire, #Restauration

 

 

les métiers de la restauration sont un vivier important d'emplois en Travail protégé. Le CAC FORMATIONS au travers ces formations modulaires y oeuvre depuis 1993. Nous sommes ravis de decouvrir jour après jour,cette professionnalisation des travailleurs en situation de handicap ,dans les métier de la restauration.

Le collectif Différent et Compétent en Aquitaine a réalisé ce film pour montrer le fonctionnement d'une cuisine centrale d'ESAT (Établissement ou service d'aide par le travail). Ou comment accompagner les travailleurs en situation de handicap à devenir des professionnels !

sources You tube

Lire la suite

Publié depuis Overblog

17 Mars 2020 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #H.AC.C.P Hygiène alimentaire, #Restauration, #Moniteurs d'ateliers

L'ESAT (établissement et service d'aide par le travail) Les Chênes Verts à Nîmes dispose désormais d'une toute nouvelle biscuiterie. La fabrication des biscuits est assurée par des personnels en situation de handicap. Une fabrication locale et solidaire. Equipe : Martin Villaret, Christelle Nicolas et Floriane Pele Intervenants : - Renaud Ouvrier à la biscuiterie Les Chênes Verts - Jean-Claude Drimaracci Président de l'association Les Chênes Verts - Didier Monju Moniteur d'atelier - Angélina Béchard Directrice de l'ESAT Les Chênes Verts .

sources You tube

Lire la suite

mploi et handicap : du nouveau en 2020!

19 Février 2020 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Accompagnement professionnel, #Accompagnement psychologique, #Moniteurs d'ateliers

mploi et handicap : du nouveau en 2020!

Calcul du taux d'emploi, modalités des accords entreprise, sous-traitance, déclaration du nombre de salariés handicapés... Synthèse des principaux changements liés à la réforme de l'Obligation d'emploi des travailleurs handicapés (OETH).

13 février 2020 • Par
 
 
 

La loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », promulguée le 5 septembre 2018, modifie l'obligation des entreprises en matière de handicap. Si le taux d'emploi de travailleurs handicapés reste, pour l'heure, fixé à 6 %, pour les sociétés de vingt salariés ou plus-devenant révisable (seulement à hausse) tous les cinq ans- les modalités de calcul, notamment, changent. L'objectif : renforcer l'emploi direct de ce public. Synthèse des changements opérés depuis le 1er janvier 2020...

Déclaration auprès de l'Urssaf

• Avant : seules les entreprises de vingt salariés ou plus, soumises à l'OETH (obligation d'emploi de travailleurs handicapés), font leur déclaration annuelle à l'Agefiph via un formulaire Cerfa. A noter, la dernière DOETH (déclaration) papier ou télédéclarée de 2019 est à faire avant le 1er mars 2020. La contribution est versée à la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE).
• Après : Chaque entreprise (quels que soient ses effectifs) doit déclarer son taux de travailleurs handicapés dans la Déclaration sociale nominative (DSN) ; l'Urssaf sera donc son interlocuteur. Un « logiciel de paie maj 2020 » est nécessaire depuis le 5 janvier 2020. La logique de confidentialité est conservée. Concernant la DSN, dans le bloc contrat, il faut désormais mentionner la qualité de TH (nomenclature avec treize types de statut). Toutes les attestations Esat/EA/TIH seront envoyées avant le 31 janvier 2021, ainsi que pour les entreprises de travail temporaire et les groupements d'employeurs. L'entreprise devra ensuite calculer sa contribution 2020 au début de 2021.

Entités assujetties : un effectif global

• Avant : L'entité assujettie est un établissement qui bénéficie d'une autonomie de gestion. Ils peuvent être nombreux dans certaines entreprises.
• Après : Désormais, l'entreprise sera assujettie et devra donc additionner les effectifs de ses éventuels établissements pour connaître son nouvel effectif. D'autre part, l'assujettissement aux règles de sécurité sociale, bien connu des services paie, contient désormais plus de particularités dans l'OETH.

Effectifs : moyenne annuelle

• Avant : Tous les types de contrat sont concernés (CDI, CDD, alternance, stage, intérim, etc.) et comptabilisés en équivalent temps plein ETP au 31 décembre.
• Après : Tous les types de contrat sont toujours concernés mais comptabilisés en moyenne annuelle. Les TH d'ETT (Entreprise de travail temporaire) et de groupements d'employeurs ne sont donc plus comptés dans l'effectif assujetti tandis que les intérimaires sont valorisés différemment via une attestation.

Sous-traitance : exit l'emploi « indirect »

• Avant : La sous-traitance (ESAT, entreprise adaptée, travailleur indépendant handicapé), qui relève de l'emploi indirect, est comptabilisée en amont dans les 6 %, via les Unités bénéficiaires (UB).
• Après : On ne parle plus d'emploi indirect ni d'UB mais 30 % du coût de la main d'œuvre (quelle que soit la nature de l'achat ou de la prestation) sont déductibles de la contribution (en aval). Cela reste donc incitatif. Par ailleurs, c'est désormais valorisé en euros. Le plafond varie en fonction du taux d'emploi de l'entreprise. Celles qui emploient moins de 3 % de TH obtiendront un plafond de 50 % du montant de la contribution due. Pour les autres, ce sera 75 %.

Déduction : plus que 3 catégories

• Avant : 13 catégories de dépenses donnent droit à une déduction à hauteur de 10 % de la contribution.
• Après : 3 catégories de dépenses donnent doit à une déduction à hauteur de 10 % de la contribution, à savoir : le diagnostic et les travaux d'accessibilité allant au-delà des obligations, le maintien dans l'emploi et la reconversion, mais aussi l'accès et le maintien dans l'emploi, la formation et la sensibilisation.

Accord : renouvelable une fois

• Avant : Les entreprises peuvent s'exonérer de leur obligation en signant un accord handicap tripartite, agréé et renouvelable.
• Après : Des accords de trois ans peuvent toujours être conclus mais ils ne seront désormais renouvelables qu'une fois.

Minorations supprimées

• Avant : Des minorations existent, selon l'effort fait par les entreprises concernées (TH de moins de 26 ans, éloignés de l'emploi…).
• Après : Les minorations ont été supprimées au profit de valorisations spécifiques. Les TH de 50 ans et plus comptent, par exemple, pour 1,5 (coefficient).

Sources :Handicap.fr :Par Amandine Pillot, dirigeante d'Atout-caP, consultante politique handicap

Lire la suite

Une belle valorisation des compétences!

17 Février 2020 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Accompagnement professionnel, #Certifications & VAE

Plus d'une centaine de travailleurs handicapés ont reçu très officiellement leur diplôme de Reconnaissance des Acquis de l'Expérience (RAE) le 10 avril à Sélestat. Tous travaillent dans des ESAT ou entreprises adaptées d'Alsace et on préparé pendant un an leur passage devant un jury national. La RAE portée par l'association "tous compétents Alsace" permet de reconnaître en eux de véritables aptitudes professionnelles. Il s'agit souvent de leur premier et unique diplôme. Rencontre avec deux d'entre eux à l'ESAT St André de Cernay.

Lire la suite

AAH individualisée

17 Février 2020 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Accompagnement professionnel, #Hébergement Vie sociale, #Moniteurs d'ateliers, #Accompagnement psychologique

AAH individualisée : l'Assemblée nationale vote pour!

L'Assemblée nationale a adopté, le 13 février 2020, contre l'avis du gouvernement et de la majorité, une proposition de loi proposant notamment d'individualiser l'AAH et de relever l'âge maximum pour obtenir la PCH à 65 ans, contre 60 actuellement.

 
Illustration article

L'Assemblée nationale a adopté, le 13 février 2020, la proposition de loi portée par le député Libertés et Territoires, Yannick Favennec Becot, qui propose notamment d'individualiser l'Allocation adulte handicapé (AAH), en supprimant la prise en compte du revenu du conjoint dans son calcul, et d'étendre l'âge maximum pour bénéficier de la Prestation de compensation du handicap (PCH) à 65 ans, contre 60 aujourd'hui. D'autres "mesures sociales" envers les personnes hébergées en EHPAD ou en situation de handicap, ainsi que l'allongement du congé de deuil parental, sont au cœur de cette proposition. Sur Twitter, Yannick Favennec Becot se dit «fier d'avoir été le rapporteur d'un texte humain et juste».

Vif débat

Les "marcheurs" et les élus MoDem ont été mis en minorité au moment du vote, et le texte a été adopté par 44 voix contre 31 en première lecture. Quatre "marcheurs" et une élue MoDem se sont joints aux voix favorables, les députés UDI-Agir apportant aussi leur soutien. Le débat a été vif, plusieurs élus faisant allusion au refus des députés LREM d'allonger le congé de deuil après la perte d'un enfant, qui avait poussé Emmanuel Macron à intervenir. "Vous avez la possibilité de l'humanité", a martelé François Ruffin, s'adressant à la majorité. "Vous serez seuls dans cet hémicycle et dans le pays", a-t-il prévenu.

«Flagrant délit d'inhumanité»

"Vous êtes pris en flagrant délit d'inhumanité une fois de plus", a ajouté Jean-Luc Mélenchon, là où le LR Aurélien Pradié a fustigé une majorité qui n'apprenait pas "de ses erreurs". La "marcheuse" Anne-Christine Lang a répliqué, demandant aux députés Insoumis et LR de "garder leurs leçons d'humanité", les accusant de faire "croire aux associations (de personnes en situation de handicap) qu'on pouvait raser gratis". A quelques minutes du vote, une suspension de séance a été demandée par les "marcheurs", Jean-Luc Mélenchon y voyant une tentative de "changer le rapport de force". Plusieurs rappels au règlement ont suivi.

Priorité au handicap

La secrétaire d'État chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a assuré que pour le gouvernement, "la priorité était donnée au handicap", au lendemain de la conclusion de la conférence nationale du handicap (article en lien ci-dessous). Elle a rappelé que l'AAH avait bénéficié de deux revalorisations depuis le début du quinquennat, et qu'elle était déjà "quasi-individualisée". "Arrêtez de dire que nous n'avons rien fait", a répété la ministre. Elle a renvoyé en vain à l'examen du projet de loi "grand âge et autonomie", d'ici à l'été 2020, dont le "cadre global" devrait permettre d'aborder les sujets évoqués, et a souligné les avancées faites par le gouvernement. "Nous ne sommes pas insensibles à la question" s'est défendue la MoDem Nadia Essayan, plaidant pour ce "cadre général".

 

Sources Handicap.fr« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2020) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Lire la suite

Risque de surchauffe pour le compte personnel de formation

15 Février 2020 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Accompagnement professionnel, #Moniteurs d'ateliers

Décryptage
Risque de surchauffe pour le compte personnel de formation

Lancée il y a trois mois, l'application a été téléchargée par un salarié sur quatre. Près de 160 millions d'euros ont déjà été engagés. A ce rythme, le milliard prévu pour 2020 risque de ne pas suffire.

0602764711182_web_tete.jpg0602764711182_web_tete.jpg

L'application Mon compte formation a été téléchargée par un salarié sur quatre au bout de trois mois selon le ministère du Travail. 

La publication d' un taux de chômage nettement plus bas qu'attendu pour 2019 n'est pas la seule bonne nouvelle que Muriel Pénicaud s'est empressée de saluer jeudi. La ministre du Travail s'est aussi félicitée du très bon démarrage de l'une des pièces maîtresse de sa réforme de la formation : l'application « Mon Compte formation » . Téléchargée près de 970.000 fois, celle-ci a attiré 5,1 millions de visiteurs uniques après trois mois d'existence. Soit un salarié sur quatre, insiste-t-on dans son entourage.

Le relevé des compteurs montre que 160.000 Français ont puisé dans leurs comptes - autrefois en heures, basculé en euros au 1er janvier 2019 - en premier lieu pour passer le permis B (14.000), effectuer un bilan de compétences (9.000), créer ou reprendre une entreprise (8.000) pour ne citer que le Top 3 des formations les plus courues. Montant moyen engagé : 1.190 euros complétés à hauteur de 490 euros de la poche des titulaires. Le premier chiffre est appelé à augmenter avec le versement en avril des sommes dues au titre de 2019 (500 euros par défaut, 800 pour les personnes peu qualifiées).

 
Milliard un peu juste ?

Le démarrage semble donc réussi. Est-ce tenable financièrement ? Le ministère du Travail a prévu 1 milliard pour financer 1 million de formations (pour rappel l'argent est pris sur la cotisation formation des entreprises et géré par la Caisse des dépôts qui paye les organismes de formation).

Depuis le lancement de l'application, la montée en charge est la suivante : 12 millions engagés pour les 9 premiers jours de l'application en novembre ; 45 millions en décembre ; 70 millions en janvier ; 30 millions sur les 10 premiers jours de février. Si l'on extrapole sur la totalité du mois en cours et sur cette base d'ici à fin 2019, le milliard prévu suffira tout juste. Ce d'autant que l'entrée dans la danse en mars des indépendants, puis à l'été, de tous les abondeurs potentiels, entreprises ou conseils régionaux notamment, risque de créer un appel d'air supplémentaire.

La Caisse des Dépôts suit donc comme du lait sur le feu l'évolution du nombre de dossiers validés par semaine, net des annulations. Autre indicateur clé : le taux de transformation, de la première visite à l'achat, ce qui permet d'anticiper les besoins de financement. L'audit en cours des Inspections générales des affaires sociales et des finances sur la soutenabilité de la réforme permettra d'y voir plus clair.

Lire la suite

Détachement chez RENAULT :Une expérience pilote

13 Février 2020 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Accompagnement professionnel, #Moniteurs d'ateliers, #Logistique

sources You Tube

Lire la suite

CACES obligatoires directement sur votre établissement

13 Février 2020 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Logistique

Qu’est-ce que le CACES ?

Le CACES ®, Certificat d’Aptitude à la Conduite En Sécurité, est un examen destiné à valider la formation du personnel amené à conduire des engins tel que l’exige le code du travail. Le CAC FORMATIONS avec son équipe de formateurs spécialisés (formateurs logistiques ,mais également intervenants techniques spécialisés ,du secteur protégé).Grace à une pédagogie pratique adaptée ,privilégiant l'approche pratique et de terrain.en formation.la derniere journée l'examen CACES  est délivré par un organisme extérieur certificateur (COFRAQ). Ce système se décline en plusieurs grandes familles d’équipement, chaque famille étant composée de sous-catégories regroupant des engins de même type :

Les familles du CACES

Les ponts roulants : R318
Les engins de chantier : R372M
Les nacelles : R386
Les chariots élévateurs : R389
Les grues auxiliaires : R390

Comment obtenir un CACES ?

Lors de l’examen CACES ®, ce sont les connaissances de la réglementation et la capacité à conduire en sécurité qui sont évaluées. Il est donc souvent nécessaire de s’y préparer par une formation théorique et pratique

Théorie
La formation théorique se déroule en groupe, dans une salle de cours et dure généralement une journée (7 heures). La formation théorique est différente selon la famille d’engins : engins de chantiers, chariots de manutention, nacelles, grues auxiliaires, etc.

Pratique
Cette formation, en groupe restreint ,directement sur votre établissement (6 stagiaires maximum), se déroule sur une aire d’exercice spécifique dotée des équipements requis par les recommandations de la CNAMTS  La formation pratique est adaptée spécialement à la catégorie d’engins visée. Par exemple la formation pour la conduite d’une nacelle 3A est différente de la formation pour la conduite d’une nacelle 3B.

L’examen du CACES
A l’issue de la formation, les stagiaires passent l’examen CACES ® afin de valider leur capacité à conduire en sécurité un engin spécifique.
Ce document permettra ensuite à leur employeur de leur délivrer l’autorisation de conduite imposée par le Code du Travail (après vérification de l’aptitude médicale et formation aux risques inhérents aux lieux de travail). L’examen CACES ® comporte une partie théorique et une partie pratique. L’examen est réalisé par un testeur certifié, obligatoirement différent du formateur. Le testeur vérifiera tout le matériel avant le début du test. Un testeur ne peut réaliser plus de 6 tests pratiques par jour.
Si un stagiaire est reçu à l’une des deux parties du test elle lui est acquise pour une durée de 6 mois. Il peut donc repasser uniquement la partie échouée pour obtenir le CACES ®

Vous souhaitez organiser une formation CACES ,pour vos salariés,usagers d'ESAT,directement sur votre établissement? contactez nous directement :secrétariat@cac-formations.fr pour établir votre devis et programme personnalisé.

Lire la suite