Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS

moniteurs d'ateliers

Lire la suite

Entreprises adaptées un modèle Québécois...

8 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Certifications & VAE, #Reconnaissance professionnelle

reportage chez nos cousins Québecois autour de l'organisation des entreprises adaptées...

Lire la suite

Cet animateur propose des activités numériques créatives et valorisantes à des victimes de troubles psychiques.

6 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Informatique, #Moniteurs d'ateliers

Le numérique serait-il une forme de remède aux troubles psychiques ? On n’en est pas encore là. Mais Pascal Gault est convaincu que les échanges sociaux permis par les nouveaux usages du Web peuvent contribuer à résoudre les difficultés personnelles, relationnelles, économiques et sociales qui en découlent.

Règles. Depuis deux ans, cet animateur mène une expérimentation en ce sens à Rennes, au sein d’une structure originale d’aide aux personnes souffrant de problèmes psychiques, la bien nommée Atypick. «J’avais l’intuition que l’informatique pouvait favoriser l’insertion économique et sociale des personnes souffrant de troubles psychiques, raconte-t-il. Mais sans trop savoir comment.» L’association l’Autre Regard (1), qui propose ateliers et activités à un public en grande fragilité mentale dans la capitale bretonne, va lui en donner l’occasion. Et lui permettre, avec Atypick, de s’appuyer sur les nouveaux médias pour proposer des formes d’expressions personnelles sous forme de blogs, créations graphiques, sites internet, etc. «L’un des problèmes dont souffrent les personnes victimes de troubles psychiques, c’est la stigmatisation mais aussi l’auto stigmatisation, analyse Pascal Gault. Face à l’ordinateur, elles peuvent être elles-mêmes. C’est un outil qui n’émet aucune opinion, aucun jugement. Cela marche ou ça ne marche pas. Quand on a du mal à faire la part entre le subjectif et l’objectif, c’est inestimable.»

Outre les règles intangibles qui régissent son fonctionnement, l’ordinateur présente en effet l’avantage de ne jamais s’émouvoir ni se lasser de son utilisateur. On peut y expérimenter à volonté. Pascal Gault relève aussi la souplesse d’utilisation d’une machine que l’on peut éteindre et rallumer à sa guise sans que cela change une virgule au programme en cours. Une garantie primordiale pour des personnes qu’un rien peut déstabiliser. «Par son côté binaire, l’informatique ramène au réel et a tendance à chasser les angoisses et les incertitudes, avance-t-il. Plus on pratique, moins on fait d’erreurs, c’est très valorisant.» L’échange à distance, l’anonymat que permet le Web sont aussi des atouts précieux pour renouer des liens sociaux. Résultat, après l’ouverture d’un blog collectif comptant aujourd’hui 247 000 visites, les membres d’Atypick, une petite dizaine de personnes, ont réalisé comme des pros les sites web d’une demi-douzaine d’associations artistiques ou socio-médicales rennaises. Le groupe peut s’appuyer sur des bénévoles rodés aux mystères du logiciel, de la programmation et du code. Mais pas seulement. «Le volet initiation et formation au sein même du groupe est primordial», insiste Pascal Gault. Pour les premiers intéressés, l’expérience a en tout cas un avantage majeur : «rompre l’isolement», résume l’un d’eux.

Accent. Avant Atypick, Pascal Gault, 45 ans, toujours sur le point d’éclater d’un rire franc - «je dois avoir l’enthousiasme pathologique», s’amuse-t-il - a suivi un chemin jonché d’embûches. «Je suis un gamin de la banlieue. J’aivu toutes ces misères affectives, psychiques, cette consommation d’antidépresseurs et d’anxyolitiques à tous les étages.» Les débuts scolaires sont difficiles lorsqu’il se retrouve, à 6 ans, après avoir vécu à Montréal, catalogué comme «étranger» en raison de son accent québécois et relégué au fond de la classe. «J’ai très vite compris que la normalité était une valeur très relative», commente-t-il. C’est aussi à cette époque que son père quitte le foyer et qu’il doit devenir, aîné d’une fratrie de trois enfants et fils d’une mère victime de graves dépressions, «un grand garçon». De déménagement en déménagement, Pascal Gault se retrouve dans une cité à Troyes et affiche un goût prononcé pour le dessin et la photographie. Des passions qui le conduisent à l’école des Beaux-Arts de Troyes, puis à celle de Reims. «A 17 ans, je pensais me diriger vers une activité d’art-thérapeuthe. J’ai lu toutes sortes de livres de psychologie, de psychiatrie, de psychanalyse.» Pascal Gault enchaîne les petits boulots. Gardien de musée, dessinateur dans un cabinet d’architecte, employé de librairie…

En 2004, il décroche une mission plus conforme à ses attentes. Durant quelques mois, il est embauché à la prison de Brest pour y animer des ateliers d’expression artistique avec les détenus. «Cela a été d’une grande richesse. C’est là que j’ai trouvé ce que j’avais envie de faire.» L’informatique, Internet et les nouveaux médias sont devenus la passion de cet autodidacte assumé. Et, des détresses rencontrées en prison, il va passer à celles que traversent les victimes de handicaps psychiques avec Vannes horizons, un groupe d’entraide mutuelle, qui leur propose diverses activités. Une dernière étape avant de rejoindre l’Autre Regard et de lancer Atypick. «L’informatique n’est pas seulement un outil de traitement, conclut-il. Mais ce peut être un formidable outil de réhabilitation, de réinsertion et de rétablissement de la personne dans ses droits et ses capacités à se situer par rapport au monde, à l’espace, au temps, à elle-même, à tout.» Si l’écran peut en plus aider les exclus du système à acquérir des compétences nouvelles et à retrouver une «utilité sociale», c’est tout bon.

Cet animateur propose des activités numériques créatives et valorisantes à des victimes de troubles psychiques.
Lire la suite

Quand le travail protégé devient inventeur et dépose des brevets

5 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle, #société

L'invention a obtenu le 2e prix du concours Lépine . Ambulant, le Clean n' shop est une machine à laver les chariots de supermarché. Elle a été mise au point par l'entreprise adaptée Arceau Anjou, membre de la Mutualité française. Reportage sur le parking d'un magasin de Trélazé dans le Maine-et-Loire où le Clean n' shop est déjà en action.

Lire la suite

Blanchisserie,ESAT et ERDF: un partenariat gagnant...

4 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Blanchisserie, #Moniteurs d'ateliers

Les vêtements des employés d'ERDF sont nettoyés dans une blanchisserie au sein de l'ESAT, VERT PRE par l'équipe des travailleurs handicapés de la structure... Ce film a pour but d'inciter les personnels d'ERDF à confier le nettoyage de leur vêtements de travail à ces centres. Le thème du film est la rencontre, et nous avons choisit de la traiter sous forme de fiction.
Le film a été sélectionné au Festival Regards Croisés à Nîmes. Il a remporté le "Regard de Bronze" décerné par un jury constitué de professionnels du cinéma et de l'audiovisuel, et le prix "Jury jeunes" décerné par un jury d'étudiants en cinéma. reportage...

Lire la suite

Un nouveau Label qualité créé par les ESAT,en restauration collective.

4 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle, #Restauration

Petit reportage au coeur des cuisines de l'Esat Pleyel qui conçoit, prépare, cuisine et livre des plateaux-repas pour des entreprises du secteur privé, sous le label Ateliers Gourmands.
Les Ateliers Gourmands, un label qualité créé par des établissements du secteur protégé.

reportage...

Lire la suite

Le Cerveau d'Hugo - Autisme...un film à consommer sans modération..

3 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle, #société

Hugo est né avec cet handicap qu'on appelle l'autisme. Il aime se décrire comme un martien au pays des «neurotypiques», les être humains dits normaux. Ce petit garçon est une véritable énigme. Doué d'une intelligence remarquable, il est même un génie dans son domaine : le piano. Ce documentaire-fiction, avec la voix de Sophie Marceau, raconte son histoire depuis sa naissance jusqu'à ses 22 ans. C'est l'acteur Thomas Coumans qui endosse son rôle, et Arly Jover qui prend celui de sa mère. La fiction est complétée par des images d'archives, des témoignages d'enfants touchés par la maladie et ceux de leurs parents, pour retracer l'histoire de l'autisme... un film plein de vie et d'espoir...

publié sur You Tube ,posté par Claire éducatrice spécialisée

Lire la suite

Moniteur d'Atelier Restauration,un métier plein de couleurs...

2 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle, #Restauration

Expressions ,regards de moniteur d'atelier et Chef de cuisine, le chef Jonathan Duverne, du pôle restauration de l'ESAT Pré-Clou d'Echirolles sur son métier...

Reportage...

Lire la suite

Monitrice d'Atelier ,maraichage et autisme...

1 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Espaces Verts, #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle, #société


L'objectif du projet de Fanny Struelens est de concilier le respect de l'environnement tout en valorisant le rôle social de personnes handicapées. L'autisme reste aujourd'hui une pathologie mystérieuse s'exprimant par l'isolement et le détachement apparent de la réalité. Cependant, ces troubles sont susceptibles d'évolution et de progrès.
Les ateliers de maraîchage constituent un outil pédagogique pour sensibiliser au respect de l'environnement tout en fournissant une formation à des personnes handicapées. L'ESAT (Etablissement et service d'aide par le travail) accueille des personnes handicapées mentales et leur offre des activités diverses à caractère professionnel ainsi qu'un soutien médico-social et psycho-éducatif en vue de favoriser leur épanouissement personnel.
En tant que monitrice d'atelier, Fanny est à la fois enseignante technique et travailleuse sociale. Elle possède les compétences techniques qu'elle transmet à un groupe de personnes en difficulté sociale, dans le cadre d'ateliers.
Sa mission consiste à favoriser leur autonomie et leur réinsertion sociale et professionnelle en leur donnant la possibilité de : produire de jeunes plants (semis et rempotage), préparer les aires de culture (en plein air ou sous tunnel), la plantation, l'entretien des plants avant et pendant la production (l'arrosage, les traitements, le tuteurage, le désherbage, la récolte et la vente des légumes).

Lire la suite

Une activité de marquage routier en Entreprise adaptée..

1 Mars 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Reconnaissance professionnelle, #Moniteurs d'ateliers

Depuis 1999, l'APIHA accompagne l'insertion de personnes en difficulté qui ne trouvent pas leur place dans les milieux professionnels classiques, à travers 6 entreprises adaptées dans le Lot-et-Garonne.
L'entreprise adaptée MSE 47 installée à Mauvezin s/Gupie décline cinq activités assurées par 36 salariés

Rassemblant de très nombreuses compétences, ce site diversifie ses vocations par la signature d'une convention de partenariat avec La Poste pour l'implantation et l'entretien du parc "boîtes aux lettres" sur les départements de Lot & Garonne, Dordogne et la signature d'une convention de prestations d'entretien des installations techniques d'un opérateur de téléphone.

publié par J.Louis

Lire la suite