Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS

moniteurs d'ateliers

Blanchisserie et Travail protégé

25 Février 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Blanchisserie, #Moniteurs d'ateliers

reportage à la Blanchisserie ST AGNES où se conjugue avec brio traitement du Linge ergonomie et postes de travail adaptés...

Lire la suite

Une journée presque ordinaire d'un moniteur d'atelier et de son équipe d'ouvriers ESAT,en entreprise...

24 Février 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Restauration, #Moniteurs d'ateliers

Chaque jour, un petit groupe de travailleurs handicapés quitte leur Centre d'Accueil, à Meudon, pour aller travailler au siège de l'entreprise Schindler.
Avec leur moniteur d'atelier, ils sont responsables du classement des milliards de contrats de maintenance d'ascenseurs que le siège reçoit de toute la France.
Paulette a une belle écriture : c'est elle qui est chargée de repérer le numéro du contrat. David, lui, est très fort en chiffres : c'est lui qui classe. Le chef d'atelier vérifie chaque contrat un par un, avant que François ne vienne les emporter aux archives. Où ils sont rangés parmi des milliers de boîtes.
A midi, ceux qui sont aux archives les rejoignent et le petit groupe déjeune au restaurant de l'entreprise, parmi les employés. Après le repas, ceux qui le souhaitent jouent un moment aux petits chevaux, les autres font une petite sieste, les bras croisés sur le bureau.
Et à 16 h 30, ils reprennent le minibus pour regagner le Centre d'Aide par le Travail.
Ainsi, leur intégration à la grande marche de l'Économie donne du sens à leur travail. Ils se sentent utiles. Et cela se voit : ils sourient, ils sont fiers de venir chez Schindler. Le travail se déroule dans la joie et bonne humeur.
Par leur travail, ces travailleurs particuliers sont à la rencontre de deux mondes : le monde du handicap et le monde de l'entreprise. A travers la vie de cette petite troupe, il s'agit de raconter cette confrontation faite de respect et d'enrichissement mutuels tant pour les handicapés que pour les travailleurs « ordinaires ».

Un film de Nicolas Cornut

Une production Flight Movie
Distribution : ALBALENA FILMS que nous remercions pour cette diffusion.

posté par Arlette

Lire la suite

La Qualité à l'atelier...Vaincre les idées reçues du travail protégé...

23 Février 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle

EDF, pour combattre les préjugés, a fait réaliser ce petit reportage, montrant les compétences des travailleurs employés dans le Secteur du Travail Protégé et Adapté.

 La Qualité à l'atelier...Vaincre les idées reçues  du travail protégé...
Lire la suite

Recettes pédagogiques vues par un moniteur d'atelier...

23 Février 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers

Apprenti Menuisier et puis Ouvrier , pourvu de mon " C.A.P" et 15 années d'expérience, dans l'artisanat ,j'ai eu la chance de rencontrer le travail protégé au "C.A.T" comme on disait , et l'extraordinaire envie et motivation des travailleurs .... C'était hier ou presque.Franchement à l'aube de ma retraite ,je ne m'en lasse toujours pas...

Moi...l'ouvrier ,je suis devenu grâce à la formation ,Moniteur d'atelier en adaptant mes petits stratèges, recettes pour apprendre à apprendre,à mes ouvriers,à mon tour...

Fidèle lecteur du blog,je voulais moi aussi et avant de partir 'Laisser sur la table" pour les suivants ces quelques notes ...

Recettes pédagogiques vues par un Moniteur d'atelier...

Former ou aider une personne adulte à se former repose sur deux activités ,expérience que j'ai pu découvrir sur le terrain depuis 25 années passées en ma qualité de Moniteur d'atelier:

-L’accompagnement de la personne dans son parcours,
-La mise en place de situations d’apprentis
sage.

Pour ce faire après 25 années passées comme Moniteur d'atelier je défini la pédagogie sur 6 grands principes :

-Pour apprendre, le stagiaire doit prendre conscience de son besoin d’évoluer.
-Le stagiaire est responsable de sa formation ; il ne peut être considéré comme « récepteur passif ».,mais acteur de son propre devenir...essentiel...
-En tant qu’adulte en formation, le stagiaire a accumulé une certaine expérience, qui constitue sa meilleure ressource d’apprentissage.
-La volonté d’apprendre du stagiaire adulte se manifeste dans le cadre de situations réelles. du concret vers l'abstrait... N'aborder qu'un élement abstrait ( calcul, méthodes de travail,outils..) que quand on en a besoin...
-L’apprentissage du stagiaire adulte doit apporter une solution à un problème qui se pose à lui. Créer le centre d'intérêt.... apprendre pour apprendre n'intéresse personne...
-Les motivations pour apprendre sont liées au besoin de développement personnel.Par pitié une seule difficulté à la fois.... d'oû l'intérêt d'une progression pédagogique construite et préparée par le formateur..

Pour concrétiser ces 6 principes, après être passé par l'AFPA (C.P.T.A de TOULOUSE en 1987) j'ai toujours apprécié l’approche par compétences qui s’appuie sur une pédagogie active:

Celle-ci privilégie l’apprentissage par l’action basé sur des activités concrètes, correspondant aux besoins de nos usagers :

Créer le climat de confiance, puis créer le centre d'intérêt.. ..du concret vers l'abstrait...établir une progression pédagogique des difficultes... et transformer l'essai en réussite... je ne m'en lasse jamais...

Encore Merci pour tous ces bons moments...

Roland Menuisier Ebéniste et moniteur d'atelier depuis 25 années déjà..

posté par ROLAND que nous remercions.

Lire la suite

Formations spécialisées des ouvriers ESAT

22 Février 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle

Ce court métrage tourné dans plusieurs structures adaptées des Deux-Sèvres relevant de l'ADAPEI (Association Départementale des Amis et Parents d'Enfants Inadaptés) montre l'apport de la formation compétence clé « apprendre à apprendre» pour les salariés reconnus travailleurs handicapés. Suivis en séquence de formation et sur leurs postes de travail, ces salariés découvrent comment utiliser de nouvelles méthodes d'apprentissage qui ont pour effet de les sortir de leur raisonnement habituel et de les rendre moins anxieux et davantage performants. Les méthodes pédagogiques utilisées ont été élaborées et mises en œuvre au quotidien. Reportage...

diffusé par ARFTLV et vu sur You tube posté par Amélie Chargée d'Insertion

Formations spécialisées des ouvriers ESAT
Lire la suite

Délégués d'ateliers et élus au conseil à la vie sociale

22 Février 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #société, #Reconnaissance professionnelle, #Moniteurs d'ateliers

 Délégués d'ateliers et élus au conseil à la vie sociale

Conseil à la Vie sociale... expressions... extraits

Lire la suite

Handicapés.. et employés de restauration chez QUICK

19 Février 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Reconnaissance professionnelle, #Restauration, #Moniteurs d'ateliers

Philippe, Florence,Yannick, Pascal et Marie-Thérèse sont équipiers chez Quick. Tous sont en situation de handicap. Leur intégration pose-t-elle des difficultés ? Quelles sont les sources de satisfaction pour eux et pour l'équipe ?Réflexions d'une équipe dynamique et pas ordinaire...

Lire la suite

Une expérience inédite en activité Traiteur...

19 Février 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Restauration, #Reconnaissance professionnelle, #Moniteurs d'ateliers

Métro, un ESAT est capable de développer de nouvelles filières...

Nanterre, banlieue parisienne. Siège de Métro France. « Il faut que les ESAT se diversifient afin de coller aux évolutions du marché. Trop souvent, quand on dit ESAT, on pense espaces verts ou vente de ramettes de papier pour le bureau. », analyse Philippe Fesq, responsable santé au travail et handicap de l’enseigne. « Nous avons plusieurs projets en gestation, allant du référencement produits destinés à la revente et pouvant intéresser la distribution, à la valorisation des déchets ménagers et produits bruns que nous devons désormais recycler, ou, avec une EA des services de type call center, en charge de nos enquêtes de satisfaction client. »

Pour lui, l’expérience la plus significative reste à ce jour l’offre de plateau-repas mise en place avec « Le Castel », un ESAT basé tout près de Métro France et équipé d’une cuisine pour une activité buffet et traiteur. « Notre siège regroupe 800 personnes, auxquelles s’ajoutent celles de passage à l’École Métro dite maison de la formation. C’est pourquoi j’ai proposé au « Castel » de démarrer une nouvelle activité de plateaux-repas. Afin d’éviter les problèmes de développement microbiens, nous avons décidé de n’utiliser que des produits finis, sans aucune cuisson. » Dans le jargon, on parle de cuisine d’assemblage.

Cette cuisine d’assemblage permet de répondre à deux impératifs, détaille le responsable de Métro, la constance de la qualité et le respect des normes HACCP appliquées à la restauration et aux métiers de bouche. « Afin d’être certains du respect des normes, nous avons pris le temps de former les moniteurs de l’ESAT à cette démarche HACCP. » Les installations du Castel ont aussi bénéficié d’un audit qualité, à l’issue duquel des aménagements légers ont été menés afin d’améliorer les conditions d’hygiène. Le responsable de la cafétéria Metro situé à Nanterre a également travaillé en collaboration avec l’ESAT, consacrant une bonne semaine à la mise de place des processus, des recettes, des fiches techniques détaillant la composition des plateaux. Une dizaine d’assortiments en tout, suivie à la lettre. Parfois trop.

« Notre démarche a été de les aider à mettre en place, et surtout pas de faire à leur place. Très rapidement l’équipe de l’ESAT a été autonome. », souligne Philippe Fesq.Sitôt démarrée, en septembre 2007, l’activité a connu un vrai succès. Avec plus de 250 plateaux repas commandés dès le mois d’octobre. « Nous leur avons transmis le savoir-faire, continue Philippe Fesq, à eux de s’organiser pour le vendre à d’autres entreprises. »

Pour Métro, ce projet fait figure de symbole. De fait, l’achat de plateaux repas contribue finalement assez peu aux obligations de l’entreprise. Un demi-emploi environ sur une obligation légale de 400 travailleurs handicapés. Mais il démontre qu’un ESAT est capable d’intégrer de nouvelles filières. « Il revient par la suite à des réseaux comme le GESAT de dupliquer cette expérience à d’autres régions, dans d’autres établissements. » (vu sur GESAT que nous remercions pour sa publication) posté par Alain LOME,Moniteur d'Atelier Cuisine en ESAT (49)

Lire la suite

Formations PAO en ESAT

19 Février 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Informatique, #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle

Pratiquer l'informatique dans mon métier,découvrir le traitement informatique de l'image à travers la PAO (Publicité Assistée par l'ordinateur,un challenge essentiel ,pour le travail protégé et l'insertion des travailleurs handicapés,en Bureautique,imprimerie,PAO et ça marche..reportage...

 Formations PAO en ESAT
Lire la suite

Publié depuis Overblog

18 Février 2015 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Reconnaissance professionnelle, #société

10 questions sur les droits sociaux des travailleurs en Esat

A la demande de nombreux lecteurs, nous publions un récapitulatif repères.. des droits et devoirs des Ouvriers accueillis en ESAT:

La loi du 11 février 2005, qui a créé les établissements et services d'aide par le travail (Esat), a aussi introduit de nouveaux droits pour les travailleurs handicapés.

Quel est le statut des travailleurs accueillis en Esat ?
Créés par la loi n° 2005-102 du 11 février 2005, les établissements et services d'aide par le travail (Esat) ont remplacé les centres d'aide par le travail (CAT) à compter du 1er janvier 2007. Rele­vant du travail protégé et non du marché du travail, ils permettent aux personnes en situation de handicap qui ne peuvent pas travailler en milieu ordinaire d'exercer une activité à caractère professionnel et socialisante, tout en bénéficiant d'un suivi médico-éducatif.

L'Esat n'étant pas une entreprise, les travailleurs qui y sont accueillis sont considérés comme les usagers d'une struc­ture sociale et médico-sociale, et ne sont pas assimilables à des salariés de droit commun. Seules les dispositions du Code du travail concernant l'hygiène, la sécurité et la ­médecine du travail sont applicables à ces structures.

L'admission d'un travailleur en Esat ne procède pas d'un recrutement au sens propre du terme, mais d'une admission, après orientation par la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Cette orientation a lieu si la CDAPH constate que les capa­cités de travail du travailleur handicapé ne lui permettent pas de travailler dans une entreprise ordinaire ou dans une entreprise adaptée ou pour le compte d'un centre de distribution de travail à domicile, ni d'exercer une activité professionnelle indépendante, momentanément ou durablement, à temps plein ou à temps partiel. Cette capacité de travail doit être inférieure au tiers de celle d'une personne valide.

Quel type de contrat signe le travailleur en Esat ?
Le travailleur handicapé signe avec l'Esat un contrat de soutien et d'aide par le travail, selon le modèle fixé par le décret n° 2006-1752 du 23 décembre 2006. Ce contrat est conclu pour une durée d'un an, renouvelable chaque année­ par ­tacite reconduction. Il définit les droits et les obligations réci­proques de l'établissement et de la personne handicapée, ainsi que le droit à une rémunération garantie versée dès l'admission en période d'essai du travailleur.

Quelle est la durée de travail hebdomadaire en Esat ?
En Esat, la durée de travail hebdomadaire est de 35 heures, conformément à l'article L.212-1 du Code du travail, auquel renvoie l'article R.243-5 du Code de l'action sociale et des familles issu du décret n° 2006-703 du 16 juin 2006. Conformément à ce même décret, l'Esat doit mentionner dans son règlement de fonctionnement le temps de travail de référence des travailleurs handicapés. Celui-ci peut être inférieur à la durée légale du temps de travail, mais en aucun cas supérieur. S'il établit un temps de travail de référence inférieur aux 35 heures légales, l'Esat doit indiquer que ce temps de travail est assimilé à un temps plein. La rémunération garantie correspond alors à celle d'un temps plein.

Quel est le montant de la rémunération minimum garantie ?
La rémunération garantie versée au travailleur handicapé est comprise entre 55% et 110% du Smic. Elle se ­compose d'une part financée par l'Esat et d'une part financée par l'Etat, qui alloue à l'établissement une «aide au poste». Si le travailleur exerce une activité à temps partiel, le montant de la rémunération garantie est réduit proportionnellement. Celle-ci est versée dès l'admis­sion en période d'essai, à condition qu'un contrat de soutien et d'aide par le travail ait été conclu. En cas de mala­die, elle est maintenue intégralement au titre de l'assurance­ maladie.

En complément de cette rémunération garantie, l'Esat peut verser aux travailleurs une prime d'intéressement qui ne pourra pas dépasser 10% du montant total annuel­ de la part de rémunération garantie finan­cée par l'établissement. Cette prime n'est pas prise en compte dans le calcul de ­l'allocation aux adultes handicapés (AAH), ce qui garantit un revenu net réel pour le travailleur handicapé.

Le cumul de la rémunération garantie et de l'AAH est-il possible ?
Le cumul de l'AAH et de la rémunération garantie est possible, à condition de ne pas excéder 100% du Smic brut mensuel. Au-delà, l'AAH est réduite en proportion. Ce taux est porté à 130% pour les allocataires mariés (et non séparés), liés par un pacte civil de solidarité ou vivant en concubinage, et à 115% pour ceux ayant un enfant ou un ascendant à charge.

Selon les modalités définies par le décret­ n° 2006-1752 du 23 décembre 2006, lorsque le béné­ficiaire de l'AAH est admis en Esat et bénéficie de la rémunération garantie, le montant de ses revenus d'activité à caractère professionnel est pris en compte pour le calcul de l'AAH, après appli­cation d'un abattement de 3,5% lorsque le salaire direct financé par l'Esat est compris entre­ 5 et 10% du Smic, de 4% lorsqu'il est compris entre 10 et 15% du Smic, de 4,5% lorsqu'il est compris entre 15 et 20% du Smic et, enfin, de 5% lorsqu'il est compris entre 20 et 50% du Smic.

Quelle est la durée de la période d'essai en Esat ?
Une période d'essai peut être prévue par la CDAPH dans sa décision d'orientation. Elle est d'une durée de six mois au plus, renouvelable une fois sur proposition de la direction de l'établissement. Elle doit permettre au travailleur handicapé de s'adapter aux activités proposées et d'être en mesure de donner le meilleur de ses capacités une fois qu'il aura été admis avec plein effet dans la structure productive. La période d'essai peut être interrompue de manière anticipée par la CDAPH à la demande de la personne handicapée ou de la direction de l'établissement, s'il s'avère que la personne handicapée n'est pas susceptible de tirer profit de son accueil en Esat.

Quels sont les droits aux congés des travailleurs en Esat ?
Si le droit aux congés existait dans la quasi-totalité des CAT, la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 a apporté des précisions permettant d'uniformiser des pratiques disparates. Le droit aux congés des travailleurs accueillis en Esat a été établi par le décret du 16 juin 2006 : le travailleur handi­capé ayant conclu un contrat d'aide et de soutien par le travail et qui justifie d'un mois de présence dans la structure a droit à un congé annuel, qui donne lieu au versement de la rému­nération garantie et dont la durée est déterminée sur la base de deux jours et demi ouvrables par mois d'accueil en Esat. La durée totale de ce congé, qui ne peut excé­der trente jours ouvrables, peut être augmentée de trois jours mobiles, dont l'attribution est laissée à l'appréciation du directeur de la structure.

Par ailleurs, les travailleurs handicapés ont également droit, conformément aux conditions et modalités définies dans le Code du travail, aux congés de maternité, d'adoption, de paternité, parental d'éducation, de présence paren­tale, de solidarité fami­liale, ainsi qu'au congé accordé au père à la suite du décès de la mère qui attendait un enfant. Enfin­, certains événements familiaux - mariage, naissance, adoption ou décès - peuvent ouvrir droit à des autorisations exceptionnelles.

Quels droits ont les travailleurs en matière formation ?
La loi du 11 février 2005 précise que les Esat doivent mettre en oeuvre ou favoriser l'accès des travailleurs à des actions d'entretien des connaissances, de maintien des acquis scolaires et de formation professionnelle, ainsi que des actions éducatives d'accès à l'autonomie et d'implication dans la vie sociale. Auparavant, les CAT étaient libres de prévoir ou non un plan de formation. Les Esat doivent, eux, présenter au directeur dépar­temental des affaires sanitaires et sociales, au plus tard le 30 avril de chaque année, un rapport sur leur politique en faveur des travailleurs handicapés comportant, entre autres, les éléments concernant la mise en oeuvre des actions­ de formation. La loi du 11 février 2005 a également affirmé le principe de la validation des acquis de l'expérience pour les travailleurs handicapés.

Le décret n° 2006-26 du 9 janvier 2006 encadre la mise en oeuvre de la formation professionnelle des personnes handicapées. Les organismes de formation doivent ainsi prévoir un accueil­ à temps partiel ou discontinu, une durée­ adaptée de la formation et des modalités de validation. Ces adaptations sont mises en oeuvre sur la base des informations fournies notamment par la personne handicapée, le service public de l'emploi et la CDAPH.

Un travailleur en Esat peut-il être mis à disposition en milieu ordinaire ?
La loi du 11 février 2005 a institué une faculté de mise à disposition provisoire dans une entreprise extérieure des personnes accueillies en Esat. Ainsi, lorsque l'exercice d'une activité à caractère professionnel en milieu ordinaire de travail est susceptible de favoriser l'épanouissement personnel et professionnel et de développer la capacité d'emploi de travailleurs handicapés admis dans un Esat, ce dernier peut mettre l'un ou plusieurs de ces travailleurs, avec leur accord, à la disposition d'une entreprise, d'une collectivité territoriale, d'un établissement public, d'une asso­ciation ou de toute autre personne morale de droit public­ ou de droit privé. La mise à disposition est aussi possible auprès d'une personne physique.

Un contrat de détachement écrit est alors établi entre l'Esat et la structure dans laquelle le travailleur est mis à disposition. Une convention précisant l'aide apportée à ce dernier et à son employeur peut le compléter. Les travailleurs handicapés concernés continuent à bénéficier de l'accompagnement médico-social et professionnel de l'Esat, auquel ils demeurent rattachés. La mise à disposition ne peut ­excéder deux ans qu'avec l'accord­ de la CDAPH et du directeur de l'Esat.

Un travailleur handicapé peut-il être sanctionné ?
Il est possible de suspendre un travailleur handicapé, voire­ de l'exclure. La direction d'un Esat peut prendre une mesure­ conservatoire d'une durée initiale d'un mois suspendant la présence du travailleur si celui-ci :

  • met gravement en danger sa santé ou sa sécurité ;
  • met gravement en danger la santé ou la sécurité des autres travailleurs ou du personnel de l'établissement ;
  • porte gravement atteinte aux biens de l'établissement.

Immédiatement, la maison départementale des personnes handicapées doit être saisie de cette mesure par la direction de la structure. C'est la CDAPH qui décide du maintien ou non dans l'Esat du travailleur. Si ce dernier souhaite faire valoir ses droits devant la commission, il peut se faire ­assister d'un membre du personnel, d'un usager de l'Esat ou d'une personne qualifiée.

Repères :
- Loi n°2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l'action sociale et médico-sociale

- Loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées

- Décret n°2006-26 du 9 janvier 2006 relatif à la formation professionnelle des personnes handicapées ou présentant un trouble de santé invalidant pris en application de l'article L. 323-11-1 du Code du travail

- Décret n°2006-703 du 16 juin 2006 relatif aux établissements ou services d'aide par le travail et à la prestation de compensation et modifiant le Code de l'action sociale et des familles et le Code de la sécurité sociale

- Décret n°2006-1752 du 23 décembre 2006 relatif au contrat de soutien et d'aide par le travail et aux ressources des travailleurs des établissements ou services d'aide par le travail

Lire la suite