Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS

Qualification des Moniteurs d'Ateliers: du nouveau..

29 Novembre 2013 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Un certificat de Branche Moniteur d'atelier » de niveau IV...

Les acteurs de terrain (moniteurs, équipes techniques, directions..) le souligne depuis longtemps La Formation des moniteurs d'ateliers est le maillon faible de nos établissements... Il était urgent d'y répondre. Du nouveau pour 2014 ,avec la mise en place du certificat de branche:

La Commission Paritaire Nationale de l’Emploi et de la formation Professionnelle de notre Branche (CPNE-FP) a souhaité unifier l’offre de formation des moniteurs d’atelier, dans un dispositif modulaire permettant d’appréhender rapidement les exigences de d’emploi, tout en contribuant à sa reconnaissance comme une certification de niveau IV par le RNCP.

Après une identification des problématiques de terrain, des axes de compétences ont été définis et des prestataires ont été référencés dans les régions expérimentatrices.

Dans le cadre d’un partenariat entre l’IRTS et l’AFPA, une ingénierie pédagogique a été conçue, en alternance sur 14 mois, comprenant 441 H en centre de formation et 105 H en stage dans un autre établissement.

Le référentiel de certification comprend trois modules :

  • Accompagner les personnes dans l’atelier, au sein d’une équipe pluri-professionnelle,
  • Animer, organiser et gérer la production ou les prestations de service d’une équipe dans la structure et hors les murs,
  • Gérer, développer les compétences individuelles et participer à leur évaluation.

La première session de formation démarrera en janvier 2014 ,en lien avec UNIFAF qui finance ces actions prioritaires.

Au terme des trois premières années de mise en œuvre, une inscription au RNCP permettra la délivrance d’un titre professionnel de niveau IV (dont bénéficieront également les premiers formés).

Lire la suite

Travail protégé à la mine...

24 Novembre 2013 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Robert Courtieu est un ancien mineur. Armé de son seul certificat d'études, il a décidé de relancer voici 20 ans avec son épouse Maryse la seule exploitation de bauxite en France, à Villeveyrac, à l'ouest de Montpellier.
Le déclic ? leur fils Eric, aujourd'hui âgé de 47 ans, né avec une tumeur au cerveau et souffrant d'un lourd handicap mental. Comme il le dit lui-même : "La nature ou le Bon Dieu selon les convictions m'ont fait faire un enfant pas comme les autres..."
Aujourdhui son entreprise emploie 40 salariés dont une quinzaine de personnes handicapées mentales, toutes invalides à plus de 80 %. 20 ans après, les progrès chez ces personnes sont particulièrement remarquables
Et si notre différence était votre chance ? raconte lhistoire de ces hommes et de ces femmes qui, dans leurs environnements professionnel..Reportage...

Lire la suite
Lire la suite

Recyclage informatique et insertion par l'économique

22 Novembre 2013 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

RECYCLEA est une Entreprise Adaptée qui regroupe sur un seul et même site, l'intégralité des prestations techniques autour de la gestion de fin de vie des matériels informatiques et électroniques.Ce regroupement sur un même site du reconditionnement et du traitement est unique en France et permet une large réduction de l'impact carbone par la diminution du transport.
Grâce à sa connaissance du marché de l'occasion, RECYCLEA est capable de valoriser les parcs informatiques en fin de vie tout en contribuant à l'insertion par l'économique tout en faisant du bien à la nature! qui dit mieux?

Reportage..

publié par Franck de Lyon,vu sur You tube

Lire la suite
Lire la suite

Publié depuis Overblog

22 Novembre 2013 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Lire la suite

Invention,dépôt de brevet par le Travail protégé...

21 Novembre 2013 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Dépôt d'un brevet, production et commercialisation de toilettes sèches pour personnes valides et en situation de handicap.

Interview de Jean-Louis Berthou, directeur de l'entreprise Adaptée Kerthomas et de l'Esat de l'Odet, APF Entreprises.eaucoup d'environnementalistes considèrent que l'usage d'une toilette sèche est un des sommets de la conscience écologique. Ils ont entièrement raison, bien que l'argumentation qu'ils avancent en général pour défendre leur point de vue est incomplète.

La promotion des toilettes sèches tourne autour de deux idées forces: la pollution générée par les W.-C. et le gaspillage d'eau potable dans les chasses. Sans nier la pertinence de cette argumentation, force est de constater qu'il s'agit en fait de deux aspects mineurs d'un problème beaucoup plus général touchant les bases mêmes de la gestion durable de l'eau et de la biomasse dans le monde. Cet aspect n'est pas abordé par les défenseurs des toilettes sèches.

Des ONG travaillant dans les pays en développement font parfois involontairement le « réclame » des W.-C. à chasse d'eau, en le présentant comme « l'ange gardien de la santé ». Le placement des latrines (extrêmement polluantes) est présentée comme la solution de secours en attendant les W.-C., les égouts et les stations d'épuration. Les solutions pour un monde durable sont tout à fait différentes, même dans les pays en voie de développement..


Reportage réalisé par Vipe Vannes, agence de développement et technopole (http://www.vipe-vannes.com).et vu sur You tube.Publié par Joris 53

Lire la suite

Nouveaux défis pour les ESAT? vers quelles prises en charges...

13 Novembre 2013 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Le nombre d’Esat s’élève à environ 1 400. Ces structures disposent d’un peu plus de
116 000 places et accueillent les personnes en journée. Au-delà de l’équilibre que doivent
nécessairement trouver les Esat entre leur mission d’accompagnement global et leur
viabilité économique, ces établissements font aujourd’hui face à des enjeux multiples et
problématiques. Le contexte économique, avec notamment la concurrence internationale
qui mène à une diminution des marchés industriels, entraîne les Esat à réinterroger leur
fonctionnement, leur organisation et leurs services. Certains profitent par ailleurs de cette
contrainte pour repositionner ou développer de nouvelles activités de production et
services.
La diversification du public accueilli en Esat, et donc des besoins et attentes des usagers
constitue un autre enjeu de taille. Le profil et le parcours de ces populations se
sont beaucoup modifiés depuis 1975. Les Esat doivent notamment s’adapter à une
proportion de personnes relevant de handicap psychique, de personnes vieillissantes
mais aussi de jeunes handicapés issus d’une scolarisation en milieu ordinaire7.
Chacun de ces publics entraîne des problématiques spécifiques auxquelles doivent répondre les ESAT qui les accueillent:
• les personnes relevant de handicap psychique ou de troubles du spectre autistique (TSA)
impliquent que les établissements/services ajustent les accompagnements, en raison
notamment de certaines caractéristiques liées à ces types de handicap telles que la
variabilité des troubles, leur imprévisibilité, la fragilité particulière de ces populations,
leur fatigabilité ou encore les effets secondaires des traitements médicamenteux. Le
handicap psychique est également bien souvent associé à une rupture du lien social,
voire à la précarité. L’insertion sociale de ces personnes reste difficile et fragile, et la
prise en charge psychiatrique, au sein des Esat ou en parallèle, constitue un réel enjeu
pour ces derniers...dans les années à venir pour nos établissements...

Pierre LABADI Directeur d'établissement

Lire la suite

Publié depuis Overblog

11 Novembre 2013 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Lire la suite

R.A.E Différents et Compétents.... en Aquitaine...

10 Novembre 2013 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

Ouvriers différents, mais compétents

Le RAE, attestation qui reconnaît les compétences des travailleurs handicapés, est délivré ce jour à l’Auberge landaise.

Yannick Capdeville et Jean-Guy Dupouy sont ouvriers des espaces verts à l’Esat (Établissement et service d’aide par le travail) du Conte. Le premier depuis six ans, le second travaille depuis quinze années déjà dans ce centre qui accueille des handicapés. Tous deux vont chez des particuliers ou dans des entreprises pour entretenir les jardins : tondre les pelouses, tailler les haies, les massifs, dégager les fossés. Ils n’ont pas de diplôme, juste une solide expérience de terrain, qu’ils se proposent de valider par une RAE (Reconnaissance des acquis de l’expérience).

« Personne ne sait rien faire »

Cela grâce au Groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) d’Aquitaine, qui rassemble dans la région 13 associations gérant 53 établissements pour 3 700 places d’adhérents accompagnés. « Différent et compétent », c’est la maxime de base du projet de validation des compétences qui a vu le jour en Bretagne, avant d’arriver en Aquitaine en 2010. Un réseau qui rassemble associations et établissements pour proposer aux travailleurs handicapés en établissement de s’inscrire dans une démarche de reconnaissance des compétences.

« Personne ne sait rien faire, remarque Alain Baumalle, l’un des deux coordonnateurs du réseau. Mais pour le valider, nous encourageons les travailleurs à s’engager dans des parcours de reconnaissance et de valorisation. »

Ce que l’ouvrier est capable de faire au quotidien est alors valorisé par une attestation de compétences, délivré après avec un dossier de preuve constitué par le travailleur. Le jury, composé de professionnels, directeurs d’établissement et certificateur de l’Éducation nationale ou du ministère de l’Agriculture, reconnaît les compétences en rapport avec un référentiel métier de droit commun. Il propose aussi une mise en perspective qui peut permettre à l’ouvrier de s’engager dans une progression professionnelle en lien avec son projet individualisé.

« Faire le dossier, c’est ce qui a été le plus long, explique Yannick, mais je l’ai fait. Cela me permettra d’aller plus haut, de progresser dans le métier, peut-être pour tenter une embauche ailleurs. » Des stages sont possibles dans des entreprises extérieures, et à long terme cela peut donner aux résidents l’opportunité de sortir de l’Esat.

Aujourd’hui à l’Auberge landaise, se déroule la première remise régionale des attestations de compétences « Différent et compétent », en présence des élus, responsables de santé et financeurs. Quinze métiers sont référencés.

vu sur Sud Ouest et publié par Carole LAGAGNE

Lire la suite
1 2 > >>