Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BLOG DU CAC-FORMATIONS
Articles récents

Publié depuis Overblog

25 Septembre 2022 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Accompagnement psychologique, #Moniteurs d'ateliers, #Accompagnement professionnel

sources :You tube

Lire la suite

Recherchons intervenant formateur

23 Septembre 2022 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers

Organisme de formation continue du secteur médico -social ,depuis 1993 recherche intervenant formateur indépendant (free -lance) auprès de salariés (moniteurs d'ateliers,educateurs techniques du secteur Travail protégé (ESAT,Entreprises Adaptées)entreprises insertions: Une connaissance approfondie du secteur ,en situation d'encadrement, mais également également d'animation de groupes de travail est indispensable:

 

- Pédagogie pour adultes, Connaissance des handicaps au travail , Organisation d'ateliers ,Insertion socio -professionnelle,Connaissance de l'entreprise et du travail protégé.

B)Une expérience confirmée du secteur professionnel en travail protégé (+ 10 ans) et de la pédagogie pratique est demandée.

 

Vacations de formation régulières et annuelles, de 2 à 4 jours dans les domaines relevant de vos compétences ,selon vos disponibilités à travers l’ensemble du territoire national :Certains de nos consultants formateurs travaillant avec nous depuis 20 ans.

Adresser votre CV complet et références+ Lettre de motivation: à recrutement@cac-formations.net  Ne pas téléphoner.

Type d'emploi : Freelance / Indépendant

Lire la suite

Publié depuis Overblog et Facebook

16 Septembre 2022 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Accompagnement professionnel, #Moniteurs d'ateliers, #Handicap

source You tube

Lire la suite

Une belle rencontre à généraliser...

12 Juillet 2022 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Accompagnement professionnel, #Moniteurs d'ateliers

sources You tube

Lire la suite

INRS dossier ESAT:

13 Mai 2022 , Rédigé par CAC-FORMATIONS

 
   

L'I.N.R.S édite dans son dossier de Mai 2022  un article que nous reprenons :En dehors de leur spécificité liée à leur mission d’accompagnement par le travail de personnes atteintes de handicap, les Esat (établissements et services d’aide par le travail) se différencient peu des entreprises classiques. Il s’agit de structures dont les types d’activité tendent à se diversifier et qui, le plus souvent, se retrouvent confrontées aux mêmes questions de santé et sécurité au travail que l’ensemble du monde professionnel. À ceci près que les capacités intellectuelles ou psychiques de leur personnel demandent une écoute et un soutien particuliers.

   

Près de 1 500 établissements répartis sur toute la France pour 120 000 équivalents temps plein – soit 122 000 à 125 000 personnes. Tout un monde. Un monde du travail particulier, mais un monde du travail à part entière. Anciennement centres d’aide par le travail (CAT), les Esat (établissements et services d’aide par le travail) sont des lieux de production et de services aux activités professionnelles très variées. Ils se différencient des entreprises classiques par l’emploi à 100 % de personnes atteintes de handicap au sein de leurs ateliers de production ou de services. Structures médico-sociales de travail protégé, les Esat visent, à travers un accompagnement par le travail, l’insertion ou la réinsertion professionnelles.

En moyenne, un Esat compte autour de 85 places de travailleurs handicapés pour huit activités différentes, avec néanmoins d’importantes disparités. Les travailleurs de ces établissements ne dépendent pas du Code du travail mais du Code de l’action sociale et des familles. Ils ne sont donc pas salariés, mais « usagers » ou « bénéficiaires », et perçoivent une rémunération – non un salaire – complétée par l’allocation adulte handicapé. Les encadrants, moniteurs, administratifs de ces Esat relèvent quant à eux du régime général et sont donc salariés.

« Si la loi de 2005, qui a transformé les CAT en Esat, a défini le statut juridique des travailleurs en Esat, celui-ci est hybride, souligne Didier Rambeaux, président de l’association de directeurs d’Esat Andicat et directeur du pôle industriel de l’Adapei (Association départementale de parents et amis de personnes handicapées mentales) de la Meuse. Il y a tout un tas de vides juridiques. Pourtant, il existe un lien de subordination, une rémunération garantie, et ils produisent un travail. Ce sont des acteurs de la vie économique et des citoyens à part entière. »

Les vides juridiques peuvent d’ailleurs être à l’origine d’interprétations, de biais, d’abus parfois, mais c’est là un autre sujet… « Les travailleurs en Esat n’ont certes pas le statut de salarié, mais ils ont quand même des droits en tant qu’assurés, notamment à l’Assurance maladie, à la retraite, au CPF, c’est donc à ce titre qu’ils bénéficient de nos conseils », observe Jean-Sébastien Béjard, contrôleur de sécurité à la Carsat Centre Ouest.

Des activités qui se diversifient

Dans les années 1990, de nombreuses industries, qui étaient les donneurs d’ordres des CAT, se sont délocalisées. « Il a fallu repenser la politique économique de ces structures, envisager un virage à 180° », relate Didier Rambeaux. Les CAT ont alors commencé à revoir leur politique industrielle, à se positionner sur des marchés concurrentiels. « Aujourd’hui, les Esat sont des acteurs de l’économie locale, poursuit-il. Ils répondent à des appels d’offres, développent des compétences pour y répondre, d’où la diversité des activités et des métiers que l’on y observe de plus en plus. Ils se lancent dans de nouvelles activités et en arrêtent d’autres. L’anticipation et l’adaptation sont incontournables dans la vie des Esat. » Actuellement, les Esat sont structurés en quatorze filières, représentant plus de 200 métiers : artisanat, construction et bâtiment, impression/reprographie/marquage, restauration/hébergement/services touristiques, communication et marketing, prestations intellectuelles, services généraux/prestations administratives, production alimentaire…

_UN PEU D’HISTOIRE

Créés par un décret en 1954, les centres d’aide par le travail (CAT), devenus en 2005 les Esat, relevaient souvent de l’activité occupationnelle. Fondés par des associations
de parents d’enfants handicapés, ils visaient à assurer à ces derniers une activité et une vie sociale dans un environnement protégé. Les handicaps présents alors étaient souvent lourds : déficience mentale, trisomie, handicap moteur… « Il s’agissait beaucoup de sous-traitance, remarque Didier Rambeaux, président de l’association Andicat qui regroupe près de 90 % des dirigeants d’Esat et lui-même directeur du pôle industriel Adapei Meuse. Ce n’était pas toujours le travail le plus épanouissant, car il s’agissait de tâches simples et répétitives, comme du conditionnement de pièces. » Ces activités traditionnelles de sous-traitance ont progressivement évolué vers davantage de prestations de services et de productions.

 

Parallèlement, on assiste également à une évolution du public accueilli depuis une quinzaine d’années. « Avec les progrès de la médecine et la reconnaissance du handicap psychique dans la loi de 2005, on rencontre de plus en plus d’usagers souffrant de troubles ou maladies psychiques, de l’ordre d’un quart à un tiers des effectifs, poursuit Didier Rambeaux. On approche d’un moment de bascule où la majorité des travailleurs en Esat souffriront de pathologies psychiques et non plus de handicap mental, ce qui représentait initialement l’essentiel du personnel des CAT. » S’y retrouvent ainsi des personnes qui ont connu des accidents de vie, ont parfois vécu dans la rue, mais avec une expérience professionnelle en milieu ordinaire. Ce sont par conséquent souvent des personnes qui présentent des compétences, sont diplômées (parfois d’études supérieures), ont le permis de conduire, mais ne sont plus à même de travailler dans le milieu ordinaire.

Face à ces évolutions de fond, l’accompagnement des missions des Esat s’appuie aujourd’hui sur deux grands piliers : l’élévation du niveau de compétences, par la formation, et l’amélioration des conditions de travail. « Ces deux dernières années, sept structures sur dix ont fait évoluer leur appareil de production, ont investi dans la recherche et développement ou obtenu des certifications (NDLR : selon l’Observatoire national économique 2020-2021 des achats responsables auprès des Esat-EA), détaille Yohan Rey, chef de projet au réseau Gesat, association qui met en relation les Esat et les clients, publics et privés. Et près de la moitié ont investi dans des formations professionnelles des travailleurs handicapés. » 

 
“Aujourd’hui, les Esat sont des acteurs de l’économie locale”

 Des formations en gestes et postures, PRAP ,pour les usagers afin que les parties théoriques soient rapidement suivies de mises en pratique, explique-t-elle. Des études de poste sont réalisées en atelier, pour rester dans le concret, verbaliser et permettre l’évaluation formative. Le côté certifiant est une reconnaissance aussi pour les  travailleurs. »

Pour autant, un Esat étant un lieu de travail durable, se pose de façon conjointe la question de la qualité de vie au travail des personnes accueillies. Là aussi, les choses bougent. « Les travailleurs sont les mieux placés pour prendre en charge leurs conditions de travail, insiste encore Didier Rambeaux. Ce sont eux qui connaissent le mieux leur activité, d’où l’importance de leur donner la parole. On a trop longtemps parlé à leur place. »

L’amélioration des conditions de travail constitue un effort continu, de longue haleine. Au début, le processus s’était plutôt traduit, parfois par facilité, par l’attribution d’équipements de protection individuelle. Désormais, avec l’approche plus industrielle des activités des Esat, et le travail réalisé par les équipes et l’encadrement, les démarches de prévention conduisent davantage à des solutions de protection collective. Et en améliorant les conditions de travail, la productivité progresse, même si ce n’est pas le but recherché. La plupart des travailleurs d’Esat ont des projets professionnels sur trois à cinq ans. ■ sources INRS dossier Mai 2022

Lire la suite

Le travail qui soigne... Une belle expérience

15 Avril 2022 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Accompagnement professionnel, #Moniteurs d'ateliers, #Handicap

Handicap psychique la nécessité de former les moniteurs d'ateliers...

 

Ajuster son organisation:retours d'expériences..

 Disposer de repères sur la maladie psychique. "Elle a des conséquences sur le travail car les personnes, même stabilisées, connaissent des périodes difficiles", "La maladie psychique n'est pas linéaire, il faut donc le prévoir et ajuster son organisation".La  formation des équipes est là aussi essentiel ,pour que çà marche..la compréhension du puzzle se faisant en commun.

 

Connaître la maladie psychique...

 

Ce qui permet d'anticiper le départ potentiel en arrêt maladie, pendant quelques jours ou quelques semaines, d'un ou plusieurs travailleurs, sans impacter la production ou l'équipe.

 

Mieux connaître la maladie psychique facilite également l'orientation d'un travailleur handicap vers le personnel soignant quand il présente des signes de souffrance. Le partenariat avec le secteur psychiatrique doit ainsi être entretenu afin de sécuriser les parcours.

 

Savoir vers qui orienter...

 

C'est l'un des points essentiels développés en formation. Car les moniteurs d'atelier peuvent être déstabilisés par la maladie ou par les demandes des travailleurs pour des problèmes relevant du logement ou de la vie sociale.

 

"Les moniteurs doivent parler à partir de la place qu'ils occupent, et non de celle d'un psychologue ou d'un autre travailleur social. Ils ne peuvent pas répondre à toutes les demandes mais doivent renvoyer les personnes vers le professionnel qui s'occupe [de la question] et rester concentrés sur ce qui est lié au travail"

 

S'appuyer sur une équipe pluridisciplinaire...

 

Cela suppose de travailler dans un esprit de complémentarité avec les collègues chargés de l'accompagnement éducatif ou soignant. "Il est essentiel de s'appuyer sur une équipe pluridisciplinaire et, au niveau de la direction, de penser l'organisation afin qu'elle soit collective", insiste le formateur.

 

 

La direction ne doit pas tout déléguer aux équipes mais incarner ce qui relève de la sécurité et des problèmes potentiels de violence. Les moniteurs d'atelier doivent pouvoir lui faire remonter leurs difficultés.

 

"Le règlement intérieur et le règlement de fonctionnement doivent être réellement respectés, la direction doit être présente et sanctionner les débordements...

 

Instaurer un cadre sécurisant...

 

Par ailleurs, le cadre de travail doit être sécurisant pour les travailleurs : il faut faire attention au bruit, à l'espace, aux lumières, à la façon d'interagir avec eux, afin qu'ils se sentent en sécurité.

 

"Quand un travailleur rencontre des difficultés pour exécuter une tâche, il faut faire le point avec lui, mettre en place à un projet à court terme et s'y tenir, sous peine sinon de perdre sa confiance",

 

Proposer des activités thérapeutiques...

 

Les travailleurs qui traversent une période difficile devraient également pouvoir disposer d'un lieu de repli au sein de l'établissement, proposant des activités thérapeutiques – travail du bois, art thérapie.

 

"Il ne faut jamais oublier la nécessité du soin : ces lieux leur permettent de se ressourcer et viennent en appui aux moniteurs d'ateliers, qui savent que l'accompagnement se poursuit dans ces espaces"...le partenariat avec le secteur hospitalier spécialisé,le suivi en ambulatoire étant essentiel.

A voir ce retour d'une belle expérience en video  des équipes à NAILLOUX diffusée sur You Tube :

 

sources : YOU TUBE

Le travail qui soigne... Une belle expérience
Lire la suite

Mon métier de Moniteur d'atelier. ..depuis 35 ans et ..futur retraité...

15 Avril 2022 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Accompagnement professionnel, #Moniteurs d'ateliers

Recettes pédagogiques vues par un Moniteur d'atelier...futur retraité...

Former ou aider une personne adulte à se former repose sur deux activités ,expérience que j'ai pu découvrir sur le terrain depuis 35 années passées en ma qualité de Moniteur d'atelier:

  • l’accompagnement de la personne dans son parcours,
  • la mise en place de situations d’apprentissage.

Pour ce faire après 35 années passées comme Moniteur d'atelier et formateur pour adultes ,je défini la pédagogie sur 6 grands principes :

  1. Pour apprendre, le stagiaire doit prendre conscience de son besoin d’évoluer.
  2. Le stagiaire est responsable de sa formation ; il ne peut être considéré comme « récepteur passif ».,mais acteur de son propre devenir...essentiel...
  3. En tant qu’adulte en formation, le stagiaire a accumulé une certaine expérience, qui constitue sa meilleure ressource d’apprentissage.
  4. La volonté d’apprendre du stagiaire adulte se manifeste dans le cadre de situations réelles. du concret vers l'abstrait... N'aborder q'un élement abstrait ( calcul, méthodes de travail,outils..) que quand on en a besoin...
  5. L’apprentissage du stagiaire adulte doit apporter une solution à un problème qui se pose à lui. Créer le centre d'intérêt.... apprendre pour apprendre n'intéresse personne...
  6. Les motivations pour apprendre sont liées au besoin de développement personnel.Par pitié une seule difficulté à la fois.... d'oû l'intérêt d'une progression pédagogique construite et préparée par le formateur..

Pour concrétiser ces 6 principes,j'ai toujours apprécié l’approche par compétences qui s’appuie sur une pédagogie active faites par votre organisme le CAC FORMATIONS,autant pour mes gars que lors de nos formations pédagogiques de moniteur.

Celle-ci privilégie l’apprentissage par l’action basé sur des activités concrètes, correspondant aux besoins des personnes :

Créer le climat de confiance, puis créer le centre d'intérêt.. ..du concret vers l'abstrait...établir une progression pédagogique des difficultes... et transformer l'essai en réussite... je ne m'en lasse jamais...Alors à l'aube d'une retraite qui s'approche ...Mai 2022,Moi le petit menuisier, avec son simple C.A.P,je voulais simplement remerciez la chance d'avoir fait cette rencontre avec le Travail protégé... Encore merci aux usagers pour tout ce qu'ils m'ont appris!

René Moniteur d'Atelier  ,Merci à l'équipe du CAC aussi!

Lire la suite

Publié depuis Overblog et Facebook

27 Mars 2022 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Accompagnement professionnel, #Handicap, #Moniteurs d'ateliers

La particularité de l'accueil en ESAT de personnes handicapées psychiques est que les équipes vont se trouver face à des personnes qui n'ont aucune expérience antérieure en établissements spécialisés dans le médico-social, puisqu'elles ne sont adressées ni par des EMPro ni par d'autres ESAT.Si les ESAT (Etablissements et services d'aide par le travail) ne visent pas le milieu ordinaire, ceux de transition, au contraire, préparent le travailleur en situation de handicap, notamment psychique, à s'y insérer. L’emploi des personnes vivant avec un handicap psychique, ou la poursuite d’une formation, ont longtemps été considérés en France comme un objectif inatteignable. Or le travail est un droit, il favorise l'inclusion sociale et améliore l'estime de soi. Il a de plus, quand il est possible, un intérêt thérapeutique, en favorisant le rétablissement. 

 

sources video You tube

Lire la suite

Publié depuis Overblog et Facebook

7 Mars 2022 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #Moniteurs d'ateliers, #Espaces Verts

Recherchons intervenant formateur indépendant en Espaces verts,parcs et jardin.Vous êtes professionnel confirmé et disposez de quelques jours,semaines ou plus ,à temps choisi selon votre emploi du temps. Expérience terrain confirmée, sens de l'humain comme de la pédagogique pratique.Missions régulieres et programmées annuellement,assistance pédagogique et technique,certains de nos partenaires travaillant avec nous depuis plus de 20 ans.Une connaissance du travail protégé ou adapté serait un plus.Possibilité de formation pédagogique fournie Aptitudes à la rédaction écrite+ saisie informatique ( word) .Adressez votre cv au journal qui transmettra

Lire la suite

Démarches administratives 60% seulement ne sont accessibles aux personnes en situation de handicap

20 Février 2022 , Rédigé par CAC-FORMATIONS Publié dans #insertion par l'économique, #Handicap

Alors qu'un Français sur cinq ne dispose pas de tablette ni d'ordinateur, « des services continuent d'être accessibles uniquement en ligne » Le bon fonctionnement de la procédure repose alors sur l'usager et ses aidants, alors qu'auparavant, un agent se chargeait de les accompagner via un guichet », ajoute la défenseuse des droits  évoquant un « transfert de responsabilité non négligeable ». Ces difficultés peuvent « fragiliser les usagers, entraîner un sentiment d'impatience, de colère et de méfiance à l'égard des services publics ».

Atteinte à l'autonomie des majeurs protégés

Les personnes sous tutelle ou curatelle, du fait d'une altération de leurs facultés physiques ou mentales, paient également les frais de cette ère du « tout numérique ». « Le fait de bénéficier d'une mesure de protection ne devrait en aucun cas restreindre de façon injustifiée leur autonomie, assurent les auteurs du rapport. Or aucun site Internet public ne propose un accès distinct pour ce public et les personnes chargées de leur mesure de protection. » La défenseuse des droits  a par exemple été saisie au sujet de restrictions d'accès aux comptes personnels de la Caisse d'allocations familiales  des personnes protégées lors de la mise en place d'une mesure de protection.  Elle recommande notamment d'étendre l'accès à « Aidants connect » aux tuteurs et curateurs familiaux. Ce dispositif permet aux aidants habilités à réaliser des démarches administratives en ligne de manière légale et sécurisée pour le compte de personnes en difficulté avec les outils numériques. A suivre!

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>